Précarité et travail domestique des femmes, un lien insoupçonné

Et si c’étaient les tâches ménagères qui donnait lieu à une précarité des femmes ? Entre la cuisine, le rangement et s’occuper des enfants, tout cela représente un travail qui n’est pas rémunéré ; et estimé à plus de 292 milliards d’euros en France. Retour sur la précarité et travail domestiques des femmes, un lien […]

Pauvreté: ce fléau s’amplifie

Le Secours catholique a effectué un sondage à l’issue duquel il invite les personnes à ne pas oublier « la fraternité ». Le résultat de ce sondage est peu rassurant et même grave. D’après un sondage TNS-Sofres publié lundi par le Secours catholique, à l’occasion des élections municipales, les maires jugent que le nombre d’individus se trouvant […]

BAD: 500 000 tunisiens n’ont pas de quoi manger

Invité hier sur Express FM, Yassine Jemal, expert à la Banque Africaine de Développement a annoncé qu’1.6 million de Tunisiens vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit 15,5% de la population tunisienne, et 500 mille d’entre eux n’auraient même pas de quoi manger. La BAD a effectué une étude avec l’Institut national de la […]

Couleurs Phares Abstrait Lumières Nuit

GSK et Save the Children lancent un prix d’1 M$ pour réduire la mortalité infantile

LONDRES, Royaume-Uni, 27 juin 2013/African Press Organization (APO)/ — Le Prix de l’innovation de santé (Healthcare Innovation Award) est la première initiative conjointe annoncée à la suite du lancement d’un nouveau partenariat ambitieux entre GSK (http://www.gsk.com) et Save the Children qui a pour objectif de sauver la vie d’un million d‘enfants parmi les plus pauvres du monde.

Logo GSK: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/glaxosmithkline.jpg

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/health-innovation-award-4.jpg

GSK et Save the Children ont lancé aujourd’hui un Prix de l’innovation de santé d’une valeur d’1 million de dollars pour identifier et récompenser les innovations dans le domaine de la santé qui ont prouvé leur efficacité pour réduire la mortalité infantile dans les pays en développement.

Du 27 juin au 26 août, les organisations des pays en développement peuvent nommer des exemples d’approches innovantes en matière de santé qu’elles ont découvertes ou mises en œuvre. Ces approches doivent avoir entraîné des améliorations tangibles des taux de survie des enfants de moins de 5 ans, être durables et pouvoir être adaptées et reproduites.

Coprésidé par Sir Andrew Witty, PDG de GSK, et Justin Forsyth, PDG de Save the Children, le jury, composé d’experts des secteurs de la santé publique, des sciences et du milieu universitaire, attribueront 250 000 dollars à la meilleure innovation de santé pour permettre au bénéficiaire de faire progresser davantage son travail. 750 000 dollars supplémentaires seront partagés entre les finalistes.

Le prix fournira par ailleurs aux organisations gagnantes une plateforme pour présenter leurs innovations et partager des informations afin d’amener d’autres personnes à améliorer les soins de santé en vue d’adapter et de reproduire des interventions réussies et créer un changement encore plus positif pour les enfants dans leur propre pays et au-delà.

Alors que des progrès importants ont été réalisés ces dernières années, 6,9 millions d’enfants continuent de décéder avant leur cinquième anniversaire chaque année dans le monde. Souvent, ces enfants vivent dans les communautés les plus éloignées et marginalisées et pour apporter les soins de santé vitaux aux enfants les plus difficiles à atteindre, de nouvelles idées et approches ambitieuses sont nécessaires. Le Prix de l’innovation de santé de GSK et Save the Children vise à découvrir et encourager la reproduction des exemples les meilleurs et les plus innovants en matière de soins de santé afin d’impacter au maximum les enfants vulnérables.

Sir Andrew Witty, PDG de GSK, a déclaré : « Les meilleures solutions pour relever un défi particulier viennent souvent des personnes qui vivent et travaillent à son contact. Nous en sommes conscients et nous nous engageons à soutenir les personnes qui travaillent dans les pays les plus pauvres du monde pour améliorer les résultats de santé. Cette récompense identifiera les idées les plus efficaces mises en pratique dans les pays en développement et, en fournissant le financement essentiel, permettra d’adapter ces innovations pour réduire la mortalité infantile et inspirera d’autres personnes dans le processus. »

Justin Forsyth, directeur général de Save the Children Royaume-Uni, a observé : « Nous sommes convaincus que notre génération est capable de mettre un terme aux décès d’enfants liés à des causes évitables – mais cela est uniquement possible en travaillant en partenariat et en trouvant de nouvelles manières innovantes d’accéder aux enfants les plus difficiles à atteindre. Par le biais du Prix de l’innovation de santé de GSK et Save the Children, nous pouvons identifier et soutenir de nouveaux exemples passionnants d’innovations venus de pays émergents et en développement, en vue de sauver la vie de plus d’enfants. »

L’impact d’innovations simples et à bas coût peut être illustré par l’exemple de la méthode de soin maternel « kangourou » qui s’est révélé réduire le nombre de décès de nourrissons dans les pays en développement. Initialement développée par le pédiatre colombien Edgar Rey, la méthode de soin « kangourou » est une technique simple qui encourage un contact peau à peau entre les mères et leurs bébés nouveau-nés ou prématurés. Les mères jouent le rôle d’incubateur humain, gardant leur bébé au chaud et régulant leur rythme cardiaque. Cette méthode est aujourd’hui largement utilisée par Save the Children et de nombreuses autres organisations dans le monde entier.

Le Prix de l’innovation de santé est la première initiative conjointe annoncée à la suite du lancement du nouveau partenariat ambitieux entre GSK et Save the Children en mai cette année, qui a pour objectif de sauver la vie d’1 million d‘enfants au cours des cinq prochaines années. L’un des aspects les plus uniques de ce partenariat est l’accent mis sur la collaboration pour maximiser les innovations afin de lutter contre la mortalité des enfants de moins de 5 ans. Par exemple, Save the Children aidera GSK à rechercher et développer des médicaments adaptés aux enfants, en bénéficiant d’un siège dans un nouveau conseil de recherche et développement pédiatrique destiné à accélérer les avancées vers des interventions vitales pour les enfants de moins de cinq ans, et identifier des moyens pour assurer l’accès le plus large possible dans le monde en développement.

Conscients que l’innovation peut se présenter sous différentes formes, les critères de participation sont larges et peuvent inclure des approches axées sur n’importe quel aspect des soins de santé, y compris des sciences, de la nutrition, de la recherche, de l’éducation ou du travail en partenariat.

De plus amples informations sur le processus et les critères de sélection sont disponibles en ligne à l’adresse http://www.innocentive.com/ar/challenge/9933399. La date limite de soumission des candidatures est fixée au 26 août à 23h59 (GMT). Les lauréats seront annoncés en novembre 2013.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour GlaxoSmithKline (GSK).

Notes aux rédacteurs :

Les candidatures doivent :

1) Venir d’un pays classé dans la catégorie des revenus « faibles », « intermédiaires, tranche inférieure » ou « intermédiaires, tranche supérieure » par la Banque mondiale (http://data.worldbank.org/country), et qui n’appartient pas à l’Union européenne (http://europa.eu/about-eu/countries/index_en.htm). Les pays classés dans la catégorie « revenu élevé » par la Banque mondiale ou qui appartiennent à l’Union européenne ne sont pas éligibles.

2) Travailler pour une organisation basée dans un pays éligible, avec une innovation utilisée au profit de personnes situées dans un pays éligible.

Prix de l’innovation de santé de GSK et Save the Children – membres du jury externe

(par ordre alphabétique)

Dr Abbas Bhuiyan

• Directeur général intérimaire du Centre international pour la recherche sur les maladies diarrhéiques, une institution internationale de recherche sur la santé basée à Dhaka, au Bengladesh.

Joe Cerrell

• Directeur du Bureau européen de la fondation Gates et actuellement membre du conseil de plusieurs organisations, dont la campagne ONE, UNITAID et la Clinton Global Initiative.

Lord Nigel Crisp

• Membre indépendant de la Chambre des Lords, travaillant principalement sur le développement international et la santé mondiale. Lord Crisp a été directeur général du NHS entre 2000 et 2006, et est secrétaire permanent du ministère de la Santé du Royaume-Uni.

Professeur Joy Lawn

• Professeur de santé maternelle, reproductive et infantile et directrice du centre MARCH à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Professeur Alejandro Madrigal

• Originaire du Mexique, le professeur Madrigal est le directeur scientifique de la fondation Anthony Nolan et président du Groupe européen pour la transfusion sanguine et la greffe de moelle osseuse (EBMT).

Professeur Oyewale Tomori

• Professeur en virologie et président de l’Académie des sciences du Nigéria, le professeur Tomori est associé du Royal College of Pathologists du Royaume-Uni et conseiller en virologie pour de nombreux comités de l’Organisation mondiale de la santé.

À propos de GlaxoSmithKline :

GlaxoSmithKline (http://www.gsk.com) est l’une principales sociétés pharmaceutiques et des soins de santé axées sur la recherche. Elle s’engage à améliorer la qualité de la vie humaine en permettant aux personnes d’en faire plus, de se sentir mieux et de vivre plus longtemps. Pour tout complément d’information, rendez-vous à l’adresse http://www.gsk.com

À propos de Save the Children :

Save the Children opère dans plus de 120 pays. Nous sauvons la vie d’enfants. Nous luttons pour leurs droits. Nous les aidons à réaliser leur potentiel. http://www.savethechildren.org.uk

Les bouteilles en plastiques remplacent les lampes électriques

Tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir le luxe de la lumière chez soi ! En effet, dans l’un des pays les plus pauvres de l’Asie du Sud, les Philippines, l’électricité manque dans la plupart des maisons et foyers parce qu’il n’ont pas les moyens de s’en procurer. Mais, ils ont quand même […]

Extrait du reportage sur Arte : Comment instaurer un État islamique en Tunisie ?

Un autre reportage sur le djihad en Tunisie, cette fois ci on montre les raisons pour lesquels ce phénomène monte en croissance inégalable dans la terre qui a su pendant des siècles rester neutre et loyale à ses traditions et valeurs. Extrême pauvreté, désintégration, ignorance et parfois nécessité… Toutes sont des raisons qui encouragent la croissance […]

Suicide - Pylone

Un jeune de 17 ans se suicide à cause de sa situation sociale

Un jeune homme sans emploi de Sidi Bouzid s’est donné la mort par électrocution dimanche 23 décembre 2012, selon des témoins sur place. En protestant contre une situation sociale difficile, Wissem Hani, 17 ans, a eu un choc mortel en agrippant dimanche à un pylône électrique, selon les témoins, dont des voisins du jeune homme. […]

pauvreté

Plus de 15% des tunisiens vivent dans la pauvreté

Selon une publication de l’Institut Nationale de la Statistique (INS), des statistiques démontrent que le taux de pauvreté enregistré en Tunisie a dépassé 15% de la population. Ces statistiques effectuées en 2011 en collaboration avec la Banque Africaine de Développement et la Banque Mondiale font état d’une croissance de 2,9% du taux de consommation durant […]

La pauvreté au Somalie

[CHOC] La sécheresse en Somalie

Alors que certains « tunisiens » se poussent devant les stocks d’eau minérale dans les super-marchés, d’autres êtres humains ne trouvent que peu d’eau, par terre, pour apaiser leur soif… Une catastrophe qui frappe 12 millions de personnes dans la Corne de l’Afrique, particulièrement en Somalie où une double-catastrophe a lieu, la sécheresse et une guerre civile… […]

Le taux de pauvreté en Tunisie atteint 24,7%

Le ministre des Affaires sociales, M. Mohamed Ennaceur s’est entretenu hier avec les membres de la haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, la réforme politique et la transition démocratique, lors de cette réunion, le ministre n’a pas apporté du nouveau en déclarant que les problèmes majeurs de la Tunisie étaient et […]