Un bras de fer entre le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice

Bien que les deux entités travaillent en étroite collaboration, un bras de fer a lieu entre le ministère de la Justice et celui de l’Intérieur, un bras de fer qui s’est déclenché après la fuite de Saïda Agrebi le 30 juillet 2011.

Ministère de l'Intérieur - TunisieEn effet, Nejib Maaoui, ancien procureur de la République auprès du tribunal de Première instance de Tunis a tenu une conférence de presse pendant laquelle il a renvoyé la balle aux forces de sécurité en leur faisant porter la responsabilité du départ à l’étranger de Saïda Agrebi. Peu de temps après, le ministère de l’Intérieur dément les déclaration de M. Maaoui.

Hichem Meddeb, attaché de presse du ministère de l’Intérieur, a indiqué que Saïda Agrebi est partie le 30 juillet 2011 alors que le fax lui interdisant de quitter le territoire leur est arrivé le 3 août à 14h00, un fax signé Nejib Maaoui. M. Meddeb a expliqué qu’à chaque fois que la sécurité de l’aéroport de Tunis-Carthage contacte le ministère de la Justice pour savoir s’il devait laisser voyager des personnalités connues pour leur proximité avec l’ancien régime, la Justice leur répondait que s’ils ne sont pas interdits de quitter le territoire, faut leur laisser passer.

En outre, le ministère de l’Intérieur a déclaré que, si la justice l’autorise, les enregistrements téléphoniques et le fax reçu pourront être montrés aux organes de presse.

Saïda Agrebi et Zine El Abidine Ben Ali, président déchu de la Tunisie
Saïda Agrebi et Zine El Abidine Ben Ali, président déchu de la Tunisie

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

Laisser un commentaire