Promesses d’aide au Mali (19 juin 2013)

PARIS, France, 19 juin 2013/African Press Organization (APO)/ — La Conférence « Ensemble pour le renouveau du Mali » a réuni à Bruxelles 108 délégations ainsi que des représentants des collectivités locales, des sociétés civiles, des diasporas, des femmes et du secteur privé. Elle a permis de recueillir 3,285 milliards d’euros de promesses d’aide, provenant de 56 bailleurs bilatéraux et multilatéraux. Elle a également permis de dégager des pistes d’action décisives en matière de gouvernance, de décentralisation, de gestion des finances publiques et de relance économique notamment.

Le tableau des promesses d’aide au Mali résume par pays et organisations les promesses faites à Bruxelles.

La mise en œuvre immédiate de l’aide d’urgence ainsi que le respect des différents engagements quantitatifs et qualitatifs, formulés par le Mali et par ses partenaires, appellent un suivi rigoureux. Les conclusions des coprésidences ont placé au cœur de l’exercice les principes de transparence et de redevabilité mutuelle [1] et dessiné les contours des suites données à la conférence [2].

Dans ce cadre, les coprésidences élaborent actuellement les mécanismes de suivi de la conférence de Bruxelles qui s’exerceront à un niveau local et international. Leurs objectifs viseront à garantir la mise en œuvre des réformes de l’Etat malien impulsées par le Plan pour la relance durable du Mali (PRED) 2013-2014 et les conclusions des coprésidences, le respect des promesses d’aide des partenaires, leur engagement et leur décaissement dans un délai raisonnable et la coordination des réponses aux besoins du PRED. Le principe d’appropriation de ces mécanismes par les autorités maliennes sera au cœur du processus.

Pour ce qui la concerne, la France mobilise l’ensemble de ses instruments (aide humanitaire, aide budgétaire, aide-projet, assistance technique) pour obtenir rapidement des progrès concrets sur le terrain.

Dans le cadre d’un plan d’aide d’urgence visant à répondre aux besoins les plus pressants, la France mobilise d’ores et déjà 10 millions d’euros en crédits de sortie de crise et en aide humanitaire. L’AFD mettra en œuvre un portefeuille de projets pour un montant d’environ 210 millions d’euros qui prendra en compte le contexte de sortie de crise et les priorités géographiques et sectorielles fixées par les autorités maliennes. Par ailleurs, une aide budgétaire de 15 millions d’euros a été instruite pour 2013.

L’aide bilatérale de la France au Mali s’élèvera au total à 280 millions d’euros sur la période 2013-2014, faisant de notre pays le premier bailleur bilatéral.

L’utilisation de l’aide française sera rendu davantage transparente par la mise en place de publications internet accessibles à tous, permettant de connaître les avancées des projets financés. Dans un premier temps, la liste des tous les projets dont le montant est supérieur à 100 000 euros a déjà été publiée sur le site internet de l’ambassade de France au Mali.

[1] « La mise en œuvre du PRED requiert un suivi et une évaluation des programmes et des dépenses envisagés, à travers les documents budgétaires, de meilleurs statistiques et les instruments existants de coordination des bailleurs. La mobilisation de cette aide internationale est adossée au respect, par la partie malienne, de ses engagements, et notamment la mise en œuvre des réformes nécessaires en matière de gouvernance démocratique. Le gouvernement et les donateurs y contribueront en veillant à la transparence, la prévisibilité, la redevabilité, l’amélioration des procédures et l’alignement de l’aide ».

[2] « Les autorités maliennes et la communauté internationale conviennent d’assurer un suivi de haut niveau de la conférence de Bruxelles, par des réunions des représentants des capitales et des sièges, organisées alternativement à Bamako et à l’extérieur du Mali et prévoyant une implication des acteurs non gouvernementaux ».

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire