Guinée / L’Union européenne débloque 5.000.000 d’euros pour appuyer le renforcement de la capacité de la police nationale et la réconciliation avec la population

CONAKRY, Guinée, 5 juin 2013/African Press Organization (APO)/ — La Commission européenne a décidé de débloquer cinq millions d’euros (45 milliards de francs guinéens) comme mesure d’aide exceptionnelle, à travers son Instrument de Stabilité, pour appuyer les efforts du Gouvernement guinéen en matière de Consolidation de l’Etat de droit, de gouvernance, de promotion des principes démocratiques et de protection des droits humains. L’objectif général de ce programme est de contribuer à augmenter la sécurité (et sa perception) pour la population, dans le respect des droits de l’homme et conformément aux principes d’un Etat de droit. Plus spécifiquement, il vise à:

• la restauration du lien entre la population et la police et le rapprochement de la police de la population afin de mieux assurer sa protection;

• la professionnalisation de la capacité opérationnelle de la police tout en créant les liens avec les autres acteurs (gendarmerie, justice, société civile, chefs de quartier);

• la restauration au cœur du fonctionnement de la police des principes: Etat de droit, droits de l’homme, bonne gouvernance.

Les objectifs de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) guinéenne repositionnent la Police au centre du dispositif national de sécurité. Ce repositionnement de la Police devra passer par un service renouvelé, réorganisé et redéployé en faveur de la population et tisser des liens de proximité avec les citoyens.

Les Services de police souffrent d’une insuffisance institutionnelle de capacité de gestion des problèmes d’insécurité, d’un déficit de personnel et de compétences, d’un manque de moyens et, en définitive, d’une incapacité à procurer la sécurité aux populations. Dans ce contexte, il est primordial de restaurer la légitimité des services de la sécurité intérieure – notamment la police – auprès de la population, en rétablissant le contrat social qui lie la police aux communautés qu’elle est censée protéger et en renforçant les capacités d’action et le professionnalisme de la police. La réconciliation entre la population et les services de la sécurité intérieure est primordiale dans ce cadre.

Ce programme s’inscrit dans un effort plus large et une approche globale d’appui à la RSS en République de Guinée que l’Union européenne compte également appuyer à travers le Fonds européen de Développement (FED). Le projet vise à combiner le renforcement d’un accès rapide de la population à des services de sécurité via le principe de la police de proximité (à travers des projets pilotes dans trois commissariats pilotes: Matam, Ratoma et N’Zérékoré) avec quelques réformes institutionnelles clés au niveau du contrôle et de la redevabilité de la police. Ainsi, le projet va associer directement les citoyens dans la définition et la résolution des problèmes de sécurité tout en développant des services d’encadrement au niveau central.

Pour M. Philippe Van Damme, Chef De Délégation, “l’objectif du projet est de restaurer une police au service de la population”.

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire