France - Place du Trocadero

La police éjecte les femmes voilées de la place du Trocadéro

France - Place du TrocaderoLes rues de Paris et des grandes villes françaises sont restées calmes samedi, la police ayant empêché tout début de manifestation contre le film américain anti-musulman ou les caricatures de Mahomet publiées dans l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Des interpellations ont eu lieu place de la Concorde, où s’est déroulée le week-end dernier une manifestation non déclarée au cours de laquelle 150 personnes avaient été interpellées, et plus à l’ouest sur la place du Trocadéro, où était prévu un rassemblement qui n’avait pas été autorisé.

Il n’y a eu aucun incident, aucune violence à déplorer, précise-t-on de source policière.

Cependant, des scènes relayées par quelques médias montrent des pratiques qui ont suscité la polémique. En effet, les policiers intervenaient sur la place du Trocadéro pour éloigner les femmes voilées, qu’elles fassent partie du groupe des manifestants ou pas, il suffit d’être voilée pour se faire éjecter des lieux.

Des femmes voilées venues en touristes pour découvrir le lieu se sont faites également éjectées du lieu qui fait partie des premiers endroits touristiques de Paris. “Y a une dame en foulard, on nous a contrôlé, on a nos papiers, on est en règle (…) mais on nous dit de quitter les lieux”, s’est exclamée une jeune fille entourée par un important groupe d’agents de police.

Les scènes ont été dénoncées par plusieurs qui estiment que ce sont des pratiques racistes mettant à l’écart un groupe de personnes selon leur tenue vestimentaire, une atteinte à une liberté personnelle.

Auteur de l’article : La Rédaction

1 commentaire sur “La police éjecte les femmes voilées de la place du Trocadéro

    Frunbi

    (24 septembre 2012 - 17:48)

    Et dire que des tunisiens suivent la France comme exemple en matière de liberté d’expression et autres.
    Sachez Messieurs les politiciens que la liberté d’expression absolue n’existe pas et n’existera jamais.
    Chez eux la liberté d’expression s’arrete lorsqu’on evoque les juifs et leur petite mésaventure avec Hitler. Une loi interdisant de toucher au sacré doit etre etudiée et approuvée en Tunisie avant que ça soit trop tard, l’affaire Ebdiliya en est un petit avant gout.
    Touchez pas à la religion c’est simple quand meme.

Laisser un commentaire