Suppression de police politique et de la direction de la sureté de l’État

Ministère de l'IntérieurLe Ministère de l’Intérieur a annoncé, dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, le lundi 7 Mars, la suppression de la Direction de la Sûreté de l’État et de la police politique. Un nouveau directeur de la Sûreté Nationale, Abdessattar Bennour, avait été nommé le 2 mars et n’aura donc tenu que 5 jours. Quant à la suppression de la police politique, cette décision vient consolider les revendications du peuple.

En accord avec les valeurs et les principes de la révolution et l’engagement envers la loi au niveau du texte et des pratiques, ainsi que l’instauration d’un climat de confiance et de transparence entre la police et les citoyens; et pour remédier aux lacunes enregistrées pendant l’ancien régime au niveau de cette relation, et dans le but de la révision des organismes de la sécurité intérieure en s’inspirant des expériences des pays démocratiques, le Ministère de l’Intérieur a décidé ce qui suit;

  1. Rompre définitivement avec la police politique,
  2. Suppression de la direction de la sûreté nationale,
  3. L’engagement du Ministère de l’intérieur envers la loi et le respect des libertés et des droits civils.

Ces mesures, ajoute le communiqué, sont également prises dans le souci de pallier aux déficiences enregistrées sous l’ancien régime, au niveau de cette relation, et dans le cadre de la réorganisation des structures de la sécurité intérieure, en s’inspirant des réglementations en vigueur dans les États démocratiques ainsi que des expertises et expériences de ces pays.

Ces mesures et décisions s’inscrivent dans le droit fil de la nouvelle approche des attributions du ministère de l’Intérieur et de la volonté de poursuivre l’action déjà entamée en vue de contribuer à la réalisation des attributs de la démocratie, de la dignité et de la liberté, conclut le communiqué officiel.

Rappelons que le ministre de l’Intérieur, Mr Farhat Rajhi, a entrepris depuis sa nomination plusieurs réformes, la plus importante qui a eu lieu est sans doute le licenciement de 42 cadres du Ministère de l’Intérieur, quelques jours après sa nomination.

Ministère de l'intérieur - Tunisie
Ministère de l'intérieur - Tunisie

Auteur de l’article : Emna B.

Responsable marketing et ergonomie, passionnée par l'écriture et les nouvelles technologie de l'information et de la communication, j'ai rejoint le navire Tixup.com au cours de sa deuxième année.

Laisser un commentaire