Ghannouchi: Ben Ali était prêt pour plus de 1000 morts

Zine El Abidine Ben Ali (Ben Ali le diable)L’ancien premier ministre,Mohamed Ghannouchi, a affirmé que le président déchu, “Zine El Abidine Ben Ali était prêt à plus de morts” durant la révolution de la liberté et de la dignité, et que Ben Ali préférait les solutions sécuritaires à celles politiques.

Au cours de son témoignage, lundi, devant le tribunal militaire permanent du Kef, dans l’affaire des martyrs de Thala et Kasserine, Mohamed Ghannouchi a déclaré avoir informé le président déchu, lors d’une conversation téléphonique qui a eu lieu le 14 janvier et qu’il a qualifiée de déterminante, de l’augmentation du nombre des morts, et que Ben Ali lui a répliqué que : “le nombre de morts importe peu, qu’ils soient mille tunisiens tués ou plus.

L’ancien premier ministre a également nié connaître l’état psychologique dans lequel se trouvait le président déchu lorsqu’il a prononcé cette phrase.

Il a ajouté qu’en tant que premier ministre, il n’avait pas en charge le dossier sécuritaire qui était du ressort du ministère de l’Intérieur et de la présidence de la République et que ses prérogatives se limitaient aux dossiers à caractère économique et social.

L’ancien ministre de l’Intérieur, Rafik Belhaj Kacem, a confirmé une partie du témoignage de Mohamed Ghannouchi, précisant que Ben Ali privilégiait “les solutions sécuritaires répressives pour le traitement des crises au détriment des autres solutions”, y compris celles à caractère économique et social.

Il a déclaré que Ben Ali blâmait les dirigeants sécuritaires “pour leurs manquements dans l’accomplissement de leur devoir”, réclamant l’arrestation de tous les chefs syndicaux, politiques et opposants dont les islamistes. Il a conclut en indiquant que Ben Ali soutenait que les tirs à balles réelles s’inscrivaient dans le cadre de la “légitime défense”.

La cour du tribunal militaire permanent de première instance du Kef a décidé de reporter, au 8 février prochain, l’examen de l’affaire des martyrs de Thala et de Kasserine.

Les déclarations de Mohamed Ghannouchi et autres accusés et témoins confirment toutes l’ordre donné par Ben Ali pour tirer à balles réelles sur les manifestants, chose que l’avocat libanais et porte-parole de l’ancien présiden, Akram Azouri, ne cesse de démentir.

Mohamed Ghannouchi
Mohamed Ghannouchi : ancien Premier ministre

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

Laisser un commentaire