Télécommunication: Deuxième plus grosse opération entre Verizon et Vodafone pour 130 milliards de dollars

Il s’agit de la deuxième plus grosse opération de l’histoire des télécommunications, annoncée par Verizon Communications lundi en vue de l’accord du rachat de la participation de 45 % de Vodafone Group dans leur filiale commune Verizon Wireless pour 130 milliards de dollars soit 98 milliards d’euros.

Verizon a expliqué dans un communiqué que l’accord stipule que Vodafone se fera payer 58,9 milliards de dollars et recevra pour 60,2 milliards de dollars d’actions Verizon, et 11 milliards seront tirés de diverses transactions.

La somme « de 130 milliards de dollars, c’est environ le PIB de la Hongrie », souligne le journaliste du Monde Eric Albert dans un tweet.

Une transaction qui se faisait attendre depuis longtemps 

Cela ne date pas d’aujourd’hui mais depuis plusieurs années que Verizon tente de remettre la main sur les parts de la société britannique, sans succès.

Ce qui aurait fait la différence cette fois ? « Verizon est en position de force, explique un analyste. Son cours de Bourse n’a cessé d’augmenter depuis les six derniers mois et ses taux d’emprunt sont assez bas. »Quant à Vodafone, l’entreprise aurait voulu saisir une offre qui n’aurait peut-être pas été aussi intéressante à l’avenir.

Verizon a tant cherché pour prendre le contrôle de la coentreprise, et il y a de quoi. Le géant a besoin de réagir à un marché américain en pleine recomposition. Face à lui, il n’y a plus uniquement le mastodonte AT&T, il y a aussi deux plus petits acteurs, Sprint et T-Mobile, qui deviennent plus agressifs sur le marché.

Par ailleurs, Vodafone pourrait profiter de cet argent pour s’offrir un opérateur dans les pays où il n’est pas installé, à l’instar de l’Allemagne ou l’Espagne, les valorisations étant en ce moment plutôt basses, autant en profiter !

 

Cette cession à Verizon pourrait rapporter plus de 100 milliards de dollars au groupe britannique. | REUTERS/TOSHIYUKI AIZAWA
Cette cession à Verizon pourrait rapporter plus de 100 milliards de dollars au groupe britannique. | REUTERS/TOSHIYUKI AIZAWA

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.