Les compromissions d’Orange en Tunisie avec le clan Ben Ali

Selon le site d’informations owni.fr,le groupe Orange s’est compromis dans un schéma de corruption du régime du président déchu, Zine El Abidine Ben Ali, lors de l’attribution de sa licence de téléphonie fixe et mobile en Tunisie.

Officiellement, Stéphane Richard, PDG de France Telecom, a présenté l’implantation d’Orange en Tunisie étant tout à fait légale et claire de tout signe de corruption, il a déclaré au site Challenges.fr:

En Tunisie, Orange a investi 260 millions d’euros: la moitié pour le réseau et l’autre pour acheter la licence. Ces 130 millions ont bien été versés à l’État et pas à l’entourage de l’ex-président.

Orange TunisieEn effet, selon les documents présentés par owni.fr, Orange a « monnayé son implantation » en Tunisie, et notamment  l’attribution de la troisième licence 3G du pays, avec le gendre de l’ex-président tunisien Ben Ali, Marwan Mabrouk qui figure sur la liste des 111 personnes (y compris Zine El Abidine Ben Ali) ayant subi un gel de leurs avoirs et biens.

Stéphane Richard a démenti toute corruption sur les ondes de France Inter, toutefois, owni.fr accuse Orange d’avoir investi dans une petite société locale, Divona, propriété de Marwan Mabrouk et son épouse Cyrine Ben Ali, fille de l’ex Président.

Indiquant qu’Orange n’a pas versé 130 millions d’euros dans les caisses de l’État tunisien pour obtenir le précieux sésame. Comme le montrent les comptes rendus de conseils d’administration publié, Orange a investi 95 millions d’euros en juillet 2009 dans Divona pour acquérir 49% de son capital, Divona est une petite société privée, dont la valeur repose sur l’identité de ses propriétaires, Marwan Mabrouk et sa femme, Cyrine Ben Ali. Le couple constitue un intermédiaire indispensable pour pénétrer le secteur et décrocher la fameuse licence, un fait prouvé par le décret 2009-2270 paru au Journal Officiel tunisien le 31 juillet 2009, c’est le président déchu Ben Ali en personne qui appose son paraphe pour attribuer le marché à l’entreprise co-gérée par sa fille et son gendre.

Décret N° 2009-2270 du 31 juillet 2009
Décret N° 2009-2270 du 31 juillet 2009 (cliquer pour agrandir)

Le 26 juin, le consortium Orange/Divona rafle officiellement la mise. Pourtant, lorsque le décret est signé le 13 juillet à Tunis, il est attribué au seul Divona Télécom. Le 24 juillet, l’entreprise du clan Mabrouk multiplie par 26 ses actifs lors d’une assemblée générale extraordinaire, une semaine jour pour jour avant la parution du décret au Journal Officiel. Elle a passé d’une petite structure qui pèse 2,6 millions d’euros à une entreprise évaluée à 128 millions (243.875.471 dinars). Le prix de la décision. Pour grandir, Divona utilise un modus operandi habile: elle émet des actions dont la prime unitaire s’élève à 1.823 dinars, soit près de 1.000 euros au bénéfice de ses actionnaires: Orange Participations et Investec.

Une fois le montage financier élaboré, Orange décide alors d’injecter ses 95 millions d’euros, mentionnés dans son rapport d’activité 2009. Pour cette prise de participation qui offre 49% d’Orange Tunisie, encore sous le nom de Divona à l’époque, à l’opérateur français, ce dernier se résout à payer un “goodwill” de 25 millions d’euros.

Marwan Mabrouk se fait dans toute cette histoire deux cadeaux de taille, 15% de capital et le contrôle totale de l’entreprise, comme en témoignait une source proche du dossier selon owni.fr, “Orange a fait deux cadeaux à Mabrouk: environ 15% de capital, et le contrôle de la structure”.

Mr Stéphane Richard a démenti toute corruption comme indiqué ci-haut sur les ondes de France Inter, “je n’étais pas en fonction dans l’entreprise à ce moment-là. En ce qui nous concerne, on a candidaté pour une licence 3G, on a payé 130 millions d’euros, notre partenaire et nous-même, pour acheter cette licence 3G. Cet argent a été perçu par l’État tunisien, pas par Ben Ali ou sa famille”, a-t-il affirmé.

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.