France-Justice: Les biens de la famille royale restitués aux héritiers

Un tribunal a ordonné vendredi à ce que les objets laissés par un membre de la famille royale défunte de la France à une fondation publique dans les années 1970 doivent être restitués à ses héritiers, mais les propriétés dont deux châteaux et une chapelle seront laissés sous le contrôle de la fondation.

Un tribunal français a ordonné vendredi la restitution d’une collection d’objets ayant appartenu à un membre de la famille royale défunte de la France à ses héritiers.

Toutefois, les héritiers de Henri d’Orléans, qui se faisait appeler le comte de Paris, ont échoué dans leur tentative de reprendre le contrôle de ses anciennes propriétés, y compris les deux châteaux et une chapelle, offert par le comte à une fondation publique dans les années 1970.

Olivier Baratelli, l’avocat des héritiers, a déclaré à l’agence de presse AFP, que les articles qui doivent être retournés sont évalués dans l’ordre de « dizaines de millions d’euros » et se composaient principalement d’œuvres d’art.

Henri d’Orléans, un descendant du roi Louis- Philippe et l’ancien chef de la lignée royale orléaniste, a laissé une grande quantité de ses biens à la Fondation Saint-Louis en 1976. Il est décédé en 1999.

Ainsi que des peintures importantes et de meubles anciens, les propriétés de la fondation, qui sont gérés par le ministère français de l’Intérieur, comportent le Château d’Amboise (photo) et le Château de Bourbon-l’Archambault, ainsi que la chapelle royale de Dreux, le lieu de sépulture traditionnel de la maison royale française d’Orléans.

Le comte a également légué des bijoux de fondation estimé à 50 millions d’euros.

Mais neuf enfants du comte défunt et un petit-fils avaient affirmé que, contrairement à la loi française, en vertu de laquelle les enfants ne peuvent pas être complètement déshérités, beaucoup de son héritage avait été donné à la fondation, à leurs frais.

A l’ouverture du procès civil en mai 2013, la Fondation Saint-Louis a accepté de faire des concessions aux demandeurs, y compris la remise d’une partie des meubles, d’art et d’autres objets de valeur.

Mais au moins deux des enfants – Le prince Jacques d’Orléans et de sa sœur, la princesse Hélène d’Orléans – ont également cherché à avoir les deux châteaux retourné sous le contrôle familial, critiquant la façon avec laquelle la Fondation Saint-Louis les dirige en faisant valoir qu’ils devraient devenir des musées dédiés aux rois de France.

« Ce que nous voulons, c’est que ces objets de famille soient une véritable maison avec le reste de la propriété afin qu’ils puissent être mis pour le public», a déclaré Baratelli avant le verdict de vendredi, qui a affirmé que quelques peintures, faites par un jeune Louis XIV, ont été « croupis au fond d’un tiroir ».

Contacté par FRANCE 24, le fils aîné du défunt le comte Henri d’Orléans, comte de Paris, a refusé de commenter l’issue de l’affaire.

 

le Château d'Amboise
Le Château d’Amboise

Auteur de l’article : Anas.T

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.