kiosque-journaux-presse

Séminaire – Les médias en Tunisie après la révolution

La réalité de l’information en Tunisie, son rôle, ses difficultés et ses défis» tel est le principal axe d’un séminaire organisé par le club du journalisme et des médias, à la maison de la culture de Kélibia sur le thème «les médias en Tunisie après la révolution”.

kiosque-journaux-presseCe séminaire, auquel ont participé des habitants de Kélibia de différentes tranches d’âges, des spécialistes en communication et des professionnels, a fait l’objet d’un débat sur les défis du secteur des médias en Tunisie, notamment les médias publics, qui sont appelés selon, Moez Ben Mahmoud, enseignant à l’IPSI, à réaliser la mutation souhaitée de «média gouvernemental» à «média public», surtout que la plupart des médias tunisiens avaient été utilisés durant les décennies écoulées pour servir l’image de l’ancien régime.

M.Ben Mahmoud a indiqué que les hommes de médias sont appelés aujourd’hui à consacrer une information indépendance et neutre, en faisant preuve de professionnalisme afin que le journalisme reflète la réalité du pays et les aspirations des Tunisiens.

De son coté, Zied El Hani, membre du Syndicat des journalistes tunisiens a démenti les allégations concernant le mauvais rendement du secteur de l’information, précisant que les médias en Tunisie, se développent au quotidien.

Les médias sont un garant essentiel de la réussite de la transition démocratique, a-t-il dit, précisant que le journaliste, quelque soit sa position, est un porteur de message”. Il a mis en garde contre un éventuel retour de la dictature à travers les tentatives de déstabilisation du secteur des médias et de la création d’une ambiance de tension.

Il a souligné que «la reforme des médias doit émaner de la profession elle-même et non de l’extérieur» appelant à accélérer la création de l’instance indépendante de l’audiovisuel et à mettre en vigueur le décret 116.

Le journaliste d’Echâab (organe de l’Ugtt) Ghassen Ksibi a observé que le secteur des médias est convoité par les forces politiques et financières, d’où le besoin d’une information neutre et indépendante, au service de l’opinion publique.

Le débat a été axé sur le besoin de promouvoir la spécialisation médiatique et la nécessité pour le journaliste d’être neutre et intègre, afin que la presse puisse mériter son statut de quatrième pouvoir.

Auteur de l’article : Emna B.

Responsable marketing et ergonomie, passionnée par l'écriture et les nouvelles technologie de l'information et de la communication, j'ai rejoint le navire Tixup.com au cours de sa deuxième année.

1 commentaire sur “Séminaire – Les médias en Tunisie après la révolution

    Frunbi

    (19 mars 2012 - 17:59)

    Les médias sont aussi coupables que ZABA et sa compagnie.
    Et franchement je n’ai toujours pas vu de différence entre post ou pré-révolution .. et ça ne viendra peut être jamais puisque les têtes pensantes sont toujours là..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.