Les risques de cancer ne sont pas amplifiés par l’état dépressif

Selon l’opinion publique, le risque d’avoir un cancer est amplifié par un état dépressif. Or, ce n’est pas le cas réellement.

Afin de prouver cela, une étude épidémiologique sur 14 203 personnes entre 1994 et 2009 a été menée par des chercheurs français. Le résultat n’a affiché aucune corrélation entre le fait d’avoir connu des symptômes dépressifs et la survenue d’un cancer (prostate, sein, colon, cancer associé au tabac et cancers du sang).

Selon Cédric Lemogne, psychiatre, des études effectuées ultérieurement ont montré “une association entre la dépression et une moindre cicatrisation, plus d’inflammation ou des troubles des défenses immunitaires”.

Ce résultat a été obtenu grâce aux participants qui ont répondus à un questionnaire spécifique tous les 3 ans durant 15 ans et la prise en compte par les scientifiques des diagnostics de dépression entrainant un arrêt de travail.

Donc, il a été confirmé que la dépression n’engendre pas de cancer, seulement l’inverse ne peut l’être. En effet, le cancer provoque un état dépressif. C’est ainsi que 25% des personnes atteintes d’un cancer vivent cet état dépressif suite à l’annonce de la maladie.
Cette phase doit impérativement être traitée en même temps que la maladie selon le psychiatre.

Cédric Lemogne clarifie qu’il existe une forte corrélation entre dépression et maladies cardiovasculaires, tout comme entre le stress et les maladies cardiovasculaires.

 

cancer-depression-238575-jpg_129926
Le risque d’avoir un cancer est amplifié par un état dépressif. Or, ce n’est pas le cas réellement.

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire