Meurtre de Marseille: 5 fois plus de risque pour les malades mentaux d’être victimes de crimes

Une étude réalisée à partir de registres suédois comportant plus de 7 millions de personnes, a démontré que les malades mentaux seraient beaucoup plus souvent victimes d’homicides que le reste de la population.

Un acte tragique est survenu vendredi à Marseille qui appuie les résultats de cette étude, suite auquel, Jérémie Labrousse, jeune homme de 22 ans a été poignardé à la gorge , et a succombé à ses blessures, c’est ce qu’a déclaré dimanche 11 août le procureur-adjoint de la République de Marseille, Jean-Jacques Fagni.

Suite à ce fait divers tragique d’une rare violence qui a bouleversé la France, le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’un suspect avait été interpellé, samedi soir entre 22h et 23h. « Il s’agit d’un SDF bien connu du quartier. Il a été repéré grâce aux images des caméras de vidéosurveillance »

Cet homme âgé d’une quarantaine d’années aurait déjà été condamné plusieurs fois à de petites peines pour divers délits de petite envergure (vols, stupéfiants, rébellion…), c’est ce qu’a révélé les premiers éléments de l’enquête. Sa dernière condamnation remontait à 2003.
Souffrant de troubles mentaux, il fait actuellement l’objet de soins psychiatriques sans consentement, son état ayant été jugé incompatible avec un placement en garde à vue.

 

Roland Gori dans son bureau, à Marseille (Rémi Leroux/Rue89)
Roland Gori dans son bureau, à Marseille (Rémi Leroux/Rue89)

Auteur de l’article : Anas.T

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.