Mustapha Ben Jaafar, candidat pour la présidence lors de la transition

Le chef du mouvement de gauche tunisien Ettakatol, Mustapha Ben Jaafar, s’est porté mardi candidat au poste de président du pays pour la période intérimaire qui s’est ouverte avec l’élection dimanche d’une Assemblée constituante, dans une interview au journal belge Le Soir.

Mustapha Ben Jaafar
Mustapha Ben Jaafar

Interrogé par le journal au téléphone, quelques heures avant que ne tombent les premiers résultats partiels du scrutin, sur une éventuelle candidature pour le poste de président durant cette période transitoire, M. Ben Jaafar répond: Mais oui!, selon le texte de l’interview transmis à l’AFP.

Je crois que ma candidature peut incarner la volonté consensuelle de fédérer et d’apaiser, tout en assurant la sérénité avec la communauté internationale, a ajouté M. Ben Jaafar, 70 ans, alors que les premiers résultats partiels donnent en tête le parti islamiste Ennahda et Ettakatol en quatrième position.

L’Assemblée Constituante sera chargée de rédiger une nouvelle constitution et de désigner un nouvel exécutif jusqu’aux prochaines élections générales. D’ici là le pays sera gouverné par des autorités de transition.

A la crainte que fait naître la percée des islamistes, il répond: Mais arrêtons donc de se faire peur, il n’y a aucune raison! Ennahda fait pleinement partie du paysage politique tunisien. Il faut l’intégrer dans le jeu politique, pas l’exclure. C’est lui qui est à la croisée des chemins: on verra s’il cultive un double jeu, comme d’aucuns l’en accusent, ou s’il a accepté la règle démocratique.

Certains ne donnaient pas cher de notre peau, et pourtant nous espérions mieux. On s’est d’ailleurs beaucoup démené. Certes, des +partis-frères ennemis+ ne nous ont pas épargnés ces dernières semaines. Ils s’en mordent les doigts, comme le PDP, qui a passé son temps à taper sur les autres formations en lice. C’est dommage, ajoute M. Ben Jaafar, qui a ajouté considérer ces élections comme le plus beau jour de sa vie politique.

Nous n’avons cessé d’annoncer la couleur: l’état de notre pays exige le rassemblement et non la bipolarisation islamistes-séculiers que certains ont mise en avant. Toutes les forces devraient maintenant se rassembler dans le futur gouvernement, ajoute le chef d’Ettakatol.

Durant la campagne, M. Ben Jaafar a été accusé de cultiver l’ambiguité vis-à-vis des islamistes, le PDP assurant qu’il était prêt à se vendre au plus offrant pour obtenir la présidence.

Lui-même avait indiqué à l’AFP en septembre qu’il n’excluait pas de briguer la magistrature suprême, en déclarant qu’il serai(t) toujours au service de mon pays.

Son parti Ettakatol (forum) a annoncé dès le début de la campagne électorale qu’il ne passerait jamais d’alliance avec Ennahda avant le vote, mais ferait tout pour compter dans un gouvernement d’union nationale.

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

1 commentaire sur “Mustapha Ben Jaafar, candidat pour la présidence lors de la transition

    retourne la veste

    (25 octobre 2011 - 21:40)

    Je n ai pas rêvé dans les rues de Tunis les distributeurs de tract , les supporter de Ettakatol assenant de voter utile pour faire barrage à Ennahda et ensuite avant la proclamation des résultats mettre les listes des électeurs trompés au service des anti démocrates.
    Les tunisiens accepteront sans doute Ennahda mais pas les traitres de salon qui se sont foutus de leur électorat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.