Le président Sarkozy en visite a tunis

La France doit parapher ce lundi soir un accord de partenariat dans le nucléaire civil avec la Tunisie et Airbus doit signer avec Tunis Air la vente de 16 avions, au premier jour de la visite d’Etat de Nicolas Sarkozy à Tunis.

Les organisations de défense des droits de l’homme, très sévères pour le pouvoir tunisien, attendent pour leur part un geste du président français arrivé en fin d’après-midi à Tunis avec son épouse Carla et sept ministres et secrétaires d’Etat.

Le président tunisien Zine el Abidine Ben Ali a accueilli ses invités à leur descente d’avion. Il leur avait réservé un “accueil populaire” sur l’avenue Bourguiba, la principale artère de la capitale tunisienne.Les deux chefs d’Etat, la délégation française et Carla Bruni-Sarkozy ont descendu cette avenue ombragée entre deux haies d’habitants de Tunis contenus par des barrières de sécurité et strictement encadrés par les forces de police, au son des you-you et d’un concert tonitruant de tambours et de bombardes (“zokra”).

La foule agitait des petits drapeaux français et tunisiens et des portraits des deux présidents,mais scandait surtout le nom de Zine el Abidine Ben Ali, qui achève son quatrième mandat et pourrait se représenter en 2009.Les deux présidents ont eu ensuite un premier entretien, avant la signature d’accords et un dîner.La France devait parapher un accord cadre de partenariat dans le nucléaire civil avec la Tunisie, comme ceux qu’elle a déjà paraphés avec le Maroc,la Libye et l’Algérie, susceptible d’ouvrir la voie à la fourniture d’une centrale nucléaire.Le ministre de l’immigration, Brice Hortefeux, qui est du voyage, devait pour sa part signer des accords sur la gestion concertée des flux migratoires, comme ceux que la France a déjà signé avec le Gabon, le Sénégal, le Congo et le Bénin.

Deux accords commerciaux devaient par ailleurs être annoncés à la même occasion, selon une source diplomatique française : la vente par Airbus de dix A320 et de trois A350 ferme et de deux A320 et d’un A350 en option, pour un montant total d’un milliard d’euros,et la fourniture par Alstom d’une centrale électrique thermique pour 360 millions d’euros.

Auteur de l’article : loulou

Laisser un commentaire