Hollande déclare que l’Europe doit répondre à l’attaque chimique

Le président français François Hollande a appelé mardi l’Europe à se réunir pour trouver une réponse à l’attaque d’armes chimiques présumés en Syrie, où il disait ne pouvait rester sans réponse.

 

“L’Europe doit également réunir pour répondre à cette question. Elle le fera, chaque pays a sa propre responsabilité”, a déclaré François Hollande lors d’une conférence de presse conjointe avec le président allemand, Joachim Gauck, qui est actuellement en visite d’Etat en France.

«Quand un massacre chimique a lieu, quand le monde le sait, lorsque la preuve est fournie, lorsque les coupables sont connus, alors il doit y avoir une réponse. On s’attend à ce que la communauté internationale réagir», at-il dit.

Ministres des Affaires étrangères de l’UE ont déjà prévu de se rencontrer ce week-end à Vilnius.

France pousse, avec les Etats-Unis, à faire des frappes militaires contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, en réponse à une prétendue attaque du 21 Août d’armes chimiques que Washington dit a faire plus de 1.400 morts.

Hollande a déclaré aujourd’hui qu’une large coalition, dont les Etats-Unis, l’Europe et les pays arabes devrait être créée pour sanctionner le régime de Damas.

Le président français a déclaré que si le Congrès américain a voté contre une intervention militaire lors du vote sur la question la semaine prochaine, puis la France serait “agir seul, mais il assumer ses responsabilités … [y compris] apporter un soutien à l’opposition en Syrie”

En réponse à une question sur les menaces d’Assad contre les intérêts français, François Hollande a déclaré aux journalistes que ces menaces ont renforcé sa détermination à agir.

Hollande a également insisté sur le fait qu’il était trop tôt pour parler de savoir s’il y aurait un vote au parlement français avant toute intervention militaire.

Les députés de l’opposition réclament un vote sur la question, en citant comme exemple les votes similaires en Grande-Bretagne et au Congrès américain la semaine prochaine.

Le ministre français chargé de la liaison avec le Parlement, Alain Vidalies, a suggéré mardi que Hollande était prêt à envisager un tel vote.

Le président français François Hollande (D) Le président allemand Joachim Gauck (G)
Le président français François Hollande (D) Le président allemand Joachim Gauck (G)

 

Auteur de l’article : Samy

Laisser un commentaire