Turquie: Un nouveau moyen de manifester

Par crainte de la police, au lieu de se rassembler avec un groupe, un homme décide de se tenir debout sur la place Taksim d’Istanbul.Il était muet, il avait le regard fixe et il n’a pas bougé pendant des heures. Son action pacifique, sur une place interdite au rassemblement par les autorités turques, intrigue et fascine les centaines de personnes qui l’observent, lui, et la police.

Le lundi soir, il arrive à la place et se plante au milieu, à quelques dizaines de mètres du parc Gezi. Le parc, berceau de la contestation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, est solidement gardé par des dizaines de policiers depuis l’opération coup de poing samedi soir des unités antiémeute qui l’ont vidé à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau de ses milliers de manifestants.

Cinq heures plus tard, l’homme est toujours là, tranquille, les mains dans les poches, un sac et des bouteilles d’eau à ses pieds. Il fixe l’immense portrait du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, accroché au sommet de l’ancien centre culturel.

Cet homme en question s’appelle Erdem Gunguz, chorégraphe stambouliote, il est aidé par ses amis en empêchant les centaines de personnes présentes de s’approcher de lui et ils le ravitaillent en eau.

Asma, une des jeunes femmes turque qui tente de repousser la foule dit: “Nous voulons le protéger de toute provocation. Il faut qu’il soit seul au milieu de la place, sinon la police prétextera un rassemblement pour disperser tout le monde”.

Progressivement, une chaîne humaine forme un immense cercle autour de lui. Les appels à quitter la place se multiplient. Des jeunes se disputent, en désaccord sur la stratégie à adopter.

L’objectif de cet homme est de rester debout un mois en alternant 24 heures d’immobilité puis trois heures de repos, remplacé par un de ses amis. Son action a fait des émules: une poignée de jeunes se tiennent debout à ses côtés et fixent Atatürk.

Mais rapidement, la police décide d’intervenir. Des dizaines de policiers affluent sur la place. “L’homme à l’arrêt” a le temps de partir, entouré de dizaines de personnes. D’autres ont moins de chance. Une dizaine de jeunes manifestants sont interpellés par la police sous les objectifs des photographes et mis dans un bus de la police.

L'homme à l'arrêt - Turquie
L’homme à l’arrêt – Turquie

Auteur de l’article : Nadia M.

Passionnée par l'art de la critique, je me nomme Nadia Marzouki, agée de 23ans, actuellement étudiante en master de recherche en Marketing. Mon profil de "marketeuse" m'a poussé à faire des recherches dans de multiples domaines tels que la publicité, la culture, le business international, les sciences naturelles, la psychologie, la sociologie et tout ce qui se termine par "gie"... Eperdument exaltée par la lecture des livres comme ceux de Paulo Coelho, Marc Levy, Guillaume Musso, Anna Gavalda... ceci m'a permis de me concentrer à mon tour sur l'écriture. Passionnée aussi par l'astronomie, j'essaye toujours d'etre up to date quant aux événements qui se déroulent dans la cité des sciences. En résumé, je suis une mordue de télévision, d'événements culturels et de lecture de tous genre de livres; je suis impatiente de commencer à écrire pour Tixup afin de partager mes découvertes avec les lecteurs.

Laisser un commentaire