Rafik Abdessalem Bouchlaka

Tunisie: Rafik Abdessalem, Man Antom ?

Lors des deux premiers discours de Zine El Abidine Ben Ali avant sa fuite le 14 janvier 2011, il déclarait que les manifestations à travers le pays sont causées par des groupes de l’extrême gauche anarchique et des individus cherchant à semer la zizanie dans le pays, pointant du doigt les religieux extrémistes d’Al Qaïda sans pour autant le dire explicitement.

Rafik Abdessalem BouchlakaHier, sur France 24, le ministre des Affaires étrangères a accusé les mêmes personnes, ou presque, en leur pointant du doigt d’être derrière les manifestation de Sidi Bouzid tout en précisant que ce sont quelques dizaines du courant contre-révolutionnaire, se mettant par la même occasion dans le rang des révolutionnaires, alors que M. Abdessalem Bouchlaka et ses collègues menaient leurs vies à l’étranger avant la fuite de Ben Ali.

Rafik Abdessalem Bouchlaka, qui parle des problèmes intérieurs de la Tunisie alors que, normalement, Khalil Zaouia qui aurait du le faire puisque ça relève des problèmes sociaux, a accusé l’extrême gauche et les anciens du RCD (parti dissous de Ben Ali) d’être derrière ces troubles qui, selon lui, mettent en péril l’ordre public.

A chaque fois que des manifestations ont lieu en Tunisie, ce sont les mêmes qui se voient pointés du doigt par le gouvernement dominé par Ennahdha, l’extrême gauche et les anciens du RCD, à croire que tous ceux qui protestent font forcément partie de ces deux groupes

Insistant sur le fait que le gouvernement actuel est légitime (personne n’a dit le contraire, ndlr), M. Abdessalem Bouchlaka a tenu un discours proche de ceux de Borhan Bsaïes (porte-parole de Ben Ali) et Mezri Haddad (ambassadeur de la Tunisie auprès de l’Unesco allié à Ben Ali), à un tel point que la présentatrice de la chaîne France 24 lui a fait remarquer ceci. Il reste plus qu’à se demander “Man Antom*” pour regrouper le duo Ben Ali-Kadhafi !

Il est à noter qu’Adolf Hitler, l’un des grands dictateurs qu’a connu l’humanité, est arrivé au pouvoir après des élections et était légitime… Ceci n’est pas dans le but de comparer ce gouvernement à Adolf Hitler (et heureusement), mais pour dire que la légitimité ne signifie forcement pas la démocratie et la justice…

Le président provisoire de la République, Moncef Marzouki, a déclaré une fois que le gouvernement qui agresse ses citoyens n’est plus légitimes. Depuis le premier gouvernement après la fuite de Ben Ali et jusqu’à ce jour, tous les gouvernement, du premier de Mohamed Ghannouchi à l’actuel présidé par Hamadi Jebali, ont été là quand les citoyens se sont faits agressés par les autorités. Alors ce gouvernement, ou encore ces gouvernements, ont-ils perdu leur légitimité ?

*Man Antom: Qui êtes-vous – Expression rendu célèbre par Mouammar Kadhafi qui se demandait à ses citoyens qui sont-ils.

Rafik Abdessalem Bouchlaka
Rafik Abdessalem Bouchlaka

Auteur de l’article : La Rédaction

1 commentaire sur “Tunisie: Rafik Abdessalem, Man Antom ?

    Frunbi

    (13 août 2012 - 10:12)

    Heureusement que votre site n’a pas un grand succès et que vos articles ne sont pas lus par un grand nombre d’internautes. Votre acharnement contre le gouvernement est flagrant et l’objectivité est quasiment inéxistente.
    Deja j’aimerais savoir si y a qu’une seule personne qui ecrit les articles (Ghaith) ou est ce que c’est un groupe de rédacteurs indépendants, ou est ce que vous faites partie d’un parti anti-gouvernemental, ou est ce que vous faites simplement du copier/coller.
    C’etait un article bouchleka ..

Laisser un commentaire