Suisse

La Tunisie exige de la Suisse l’identification des biens illégaux

Suisse - TunisieLa Tunisie a demandé mardi aux autorités judiciaires et financières suisses de déployer de plus grands efforts pour identifier “d’autres avoirs placés de manière illicite dans ce pays”.

La restitution des avoirs spoliés « est une question de grande importance pour la Tunisie » a indiqué la présidence de République en réaction à la déclaration du ministère suisse des Affaires étrangères affirmant que la Suisse est déterminée à rendre le plus rapidement possible les avoirs placés dans son pays dont l’origine illicite a été établie.

La Suisse a été le premier pays à bloquer les avoirs placés par des proches de Ben Ali dans ses banques. « Ces fonds et ces avoirs appartenant au peuple tunisien ont été volés par de hauts responsables de l’ancien régime. La Tunisie en a besoin aujourd’hui pour faire face aux répercussions économiques que connaît le pays », a indiqué la présidence de la République.

La Tunisie a aussi lancé un appel pressant aux pays où des avoirs tunisiens ont été placés de manière suspecte en vue de coopérer avec les autorités tunisiennes.

Cette question sera évoquée par le président provisoire de la République Moncef Marzouki lors de sa visite à Genève en marge de la tenue de la 101ème session de la conférence internationale du travail prévue du 30 mai au 15 juin 2012.

Zine El Abidine Ben Ali - Leila Trabelsi
Zine El Abidine Ben Ali - Leila Trabelsi

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

1 commentaire sur “La Tunisie exige de la Suisse l’identification des biens illégaux

    koutkout

    (31 mai 2012 - 8:11)

    Il ne nous reste qu’à nous tourner vers les pirates informatiques anonymes de bonne volonté et de les prier de diriger leurs recherches vers le pistage de nos fortunes volées. Ils pourront fournir aux autorités compétentes les preuves irréfutables concernant les circuits de détournements, les complicités et les receleurs.

Laisser un commentaire