Ettakatol nie avoir conclu un accord avec Ennahdha et le CPR

Le mouvement Ennahdha et le Parti du Congrès pour la République (CPR) ont affirmé, samedi, l’existence d’un « accord de principe » entre eux et le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) (Ettakatol) sur l’attribution de postes-clés de l’Etat et sur les concertations en cours concernant la formation du gouvernement.

Mustapha Ben Jaâfar
Mustapha Ben Jaâfar

Pour sa part, Ettakatol a insisté sur le fait « qu’on ne peut parler d’un accord à l’heure actuelle ».

« Nous avons eu un accord de principe sur les trois postes clés », a déclaré un membre du bureau politique du mouvement Ennahdha à la TAP, Noureddine Arbaoui.

Le poste de Président de la République par intérim reviendra à Moncef Marzouki (CPR), le Secrétaire général du Mouvement Ennahdha Hamadi Jebali obtiendra le poste de chef de gouvernement et la présidence de l’Assemblée nationale constituante sera attribuée à Mustapha Ben Jaâfar (Ettakatol), a-t-il indiqué.

De son côté, Samir Ben Amor, membre du CPR a précisé qu’il y a un accord de principe sur les postes-clés de l’Etat qui ne sera définitif que lorsqu’il sera annoncé lors d’une conférence de presse ou dans une déclaration commune lundi.

Le porte-parole d’Ettakatol Mohamed Bennour, a nié l’existence d’un « accord » sur les postes-clés de l’Etat à l’heure actuelle, considérant que les informations rapportées par certains médias sur un éventuel accord entre Ettakatol, Ennahdha et le CPR ne font qu' »anticiper les événements ».

Les observateurs considèrent que ces divergences des positions sont dues à l’attachement du parti Ettakatol à un « accord global » qui remplacera le poste de président de la République auquel il tenait beaucoup et qui reviendrait probablement à Moncef Marzouki (CPR), un accord qui sera approuvé par Ettakatol s’il accédera à des portefeuilles ministériels importants.

Samir Ben Amor a assuré que les concertations tripartites en cours concernent la formation du gouvernement et l’attribution de portefeuilles ministériels.

Samir Ben Amor a confié que les concertations avec les autres partis sur la formation du gouvernement n’a pas encore démarré.

Il semble toutefois qu’une des parties de la coalition tripartite a d’ores et déjà engagé des concertations unilatérales avec certaines personnalités et dirigeants de partis.

Le Parti démocrate progressiste (PDP-16 sièges) avait annoncé qu’il n' »était pas concerné » par ces concertations, alors que le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT-3 sièges) a confirmé qu’il a été sollicité pour participer au gouvernement mais qu’il souhaite « rester en dehors de ce gouvernement ».

Plusieurs parties dont le Pôle démocratique moderniste (PDM) (5 sièges) et le PDP ont critiqué le déroulement des concertations menées « en catimini ».

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.