Affaire Souha Arafat: Abbas complètement confiant en la loyauté de la justice tunisienne

Mahmoud Abbas - PalestineLe président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a affirmé que la coexistence avec Israël ne saurait être possible sans son retrait aux frontières de 1967 et sans le règlement des questions de la phase finale des négociations liées à la garantie du droit de retour des réfugiés, critiquant les déclarations provocatrices du ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liberman, dans lesquelles il a établi le lien entre les revendications légitimes du peuple palestinien et le terrorisme.

Il a, d’autre part, souligné que l’administration israélienne ne cherche pas la paix avec les Palestiniens, lorsque son ministre des Affaires étrangères déclare :

“Nous nous limitons aux seuls volets sécuritaire et économique”, indiquant qu’Israël “a puni les Palestiniens” après l’approbation de l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO, en tant que membre à part entière, en confisquant les recettes douanières.

M. Abbas a fait remarquer que les négociations avec le mouvement de résistance islamique “Hamas” se poursuivent en vue de former un gouvernement technocrate, dont la mission prendra fin avec l’organisation d’élections générales, annonçant sa rencontre avec le président du Bureau politique du mouvement “Hamas”, Khaled Mechâal, afin d’examiner l’avenir de la cause palestinienne et de se concerter sur les différentes questions en suspens entre les deux parties.

Au terme de sa réunion, jeudi, avec plusieurs représentants des partis politiques tunisiens, il a affirmé avoir perçu auprès de ces partis un attachement résolu à soutenir la cause palestinienne, ce qui confirme les positions exprimées par le Tunisie depuis  l’indépendance.

Il a ajouté que cette rencontre lui a offert l’opportunité de féliciter les vainqueurs aux élections de la Constituante qu’il a qualifiées de “neutres” et de “transparentes”, exprimant sa confiance totale en l’impartialité de la justice tunisienne dans l’affaire de la veuve du leader palestinien Yasser Arafat.

Sur un autre plan, le président de l’Autorité palestinienne a précisé que les Palestiniens sont neutres face aux développements survenus sur la scène arabe, soulignant que “l’autorité palestinienne se tient à la même distance de toutes les parties, en Syrie comme en Tunisie, en Egypte et en Libye, qu’elles soient de tendance islamiste, nationaliste ou de gauche. Il s’agit, a-t-il conclu, d’affaires strictement internes.Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a affirmé que la coexistence avec Israël ne saurait être possible sans son retrait aux frontières de 1967 et sans le règlement des questions de la phase finale des négociations liées à la garantie du droit de retour des réfugiés, critiquant les déclarations provocatrices du ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liberman, dans lesquelles il a établi le lien entre les revendications légitimes du peuple palestinien et le terrorisme.

Il a, d’autre part, souligné que l’administration israélienne ne cherche pas la paix avec les Palestiniens, lorsque son ministre des Affaires étrangères déclare :

“Nous nous limitons aux seuls volets sécuritaire et économique”, indiquant qu’Israël “a puni les Palestiniens” après l’approbation de l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO, en tant que membre à part entière, en confisquant les recettes douanières.

M. Abbas a fait remarquer que les négociations avec le mouvement de résistance islamique “Hamas” se poursuivent en vue de former un gouvernement technocrate, dont la mission prendra fin avec l’organisation d’élections générales, annonçant sa rencontre avec le président du Bureau politique du mouvement “Hamas”, Khaled Mechâal, afin d’examiner l’avenir de la cause palestinienne et de se concerter sur les différentes questions en suspens entre les deux parties.

Au terme de sa réunion, jeudi, avec plusieurs représentants des partis politiques tunisiens, il a affirmé avoir perçu auprès de ces partis un attachement résolu à soutenir la cause palestinienne, ce qui confirme les positions exprimées par le Tunisie depuis  l’indépendance.

Il a ajouté que cette rencontre lui a offert l’opportunité de féliciter les vainqueurs aux élections de la Constituante qu’il a qualifiées de “neutres” et de “transparentes”, exprimant sa confiance totale en l’impartialité de la justice tunisienne dans l’affaire de la veuve du leader palestinien Yasser Arafat.

Sur un autre plan, le président de l’Autorité palestinienne a précisé que les Palestiniens sont neutres face aux développements survenus sur la scène arabe, soulignant que “l’autorité palestinienne se tient à la même distance de toutes les parties, en Syrie comme en Tunisie, en Egypte et en Libye, qu’elles soient de tendance islamiste, nationaliste ou de gauche. Il s’agit, a-t-il conclu, d’affaires strictement internes.

Auteur de l’article : Emna B.

Responsable marketing et ergonomie, passionnée par l'écriture et les nouvelles technologie de l'information et de la communication, j'ai rejoint le navire Tixup.com au cours de sa deuxième année.

Laisser un commentaire