Shell

Exploration de gaz de schiste, les dessous d’une affaire douteuse

Alors que la polémique est créée autour de l’autorisation émise par l’Etat tunisien pour la compagnie Shell pour l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste, les appels à manifester et à faire pression contre cette décision se multiplient.

ShellLa technique utilisée pour l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste consiste à injecter d’énormes quantités d’eau additionnée de sable et de produits chimiques afin de faire éclater les roches schisteuses, pour libérer le gaz naturel qu’elles contiennent. Une technique qui met en danger la santé humaine et l’environnement (pollution, gaz à effet de serre, ressources en eau).

Interdite en France, au Canada et dans plusieurs autres pays, cette technique controversée ne cesse de poser de problèmes pour les industriels grands consommateurs d’énergie. En France, François Hollande a affirmé qu’aucun permis de recherche d’hydrocarbures pouvant déboucher sur l’exploitation de gaz de schiste ne serait délivrés par mesure de sécurité, pour protéger les citoyens ainsi que l’environnement.

Alors, en Tunisie, a-t-on des technologies plus évoluées pour permettre l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste sans mettre en péril la santé et l’environnement ? Peu probable…

Shell qui a obtenu le permis d’exploration et d’exploitation de gaz de schiste au Kairouan doit faire face à plusieurs appels de boycott lancés sur les réseaux sociaux dans le but de faire pression et dissuader la compagnie de revenir sur cette initiative désolante.

Cependant, une interrogation se dévoile avec ce débat lancé en Tunisie, pourquoi Shell qui a gagné ce permis tant convoité par les ténors de l’industrie énergétique?

Ennahdha, membre principal de la troïka gouvernante, a des relations bien particulières avec le Qatar. Et l’un des principaux actionnaires de Shell s’avère être le Qatar avec le fonds souverain de l’émirat, Qatar Investment Authority (QIA), qui détient presque 3% de la compagnie et qui cherche à porter sa participation à 7% depuis quelques semaines. Serait-ce sur le critère de l’amitié Ennahdha-Qatar que Shell ait obtenu ce permis d’exploitation ? Serait-ce une entente entre Shell et la Tunisie qui permet, indirectement, au fond qatari de porter sa participation à 7% du capital de la compagnie Royal Dutch Shell ?

Shell
Exploration de gaz de schiste, les dessous d’une affaire douteuse

Auteur de l’article : La Rédaction

3 commentaires sur “Exploration de gaz de schiste, les dessous d’une affaire douteuse

    Frunbi

    (6 novembre 2012 - 10:24)

    J’ai aimé la 1ère partie de l’article qui présente les conséquences de la technique d’extraction du gaz de Schiste et son impact sur l’environnement et les ressources naturelles. Mais dès que vous avez evoqué la théorie du complot Nahdha-Quatar l’article a basculé et est devnu ridicule.
    Pour la nième fois contentez vous de nous rapporter l’information et laissez les gens commenter, laissez vos conclusions pour vous parcequ’ils sont loin d’etre objectifs.
    A bon entendeur ..

    kane

    (6 novembre 2012 - 17:43)

    @Frunbi:

    Ne vous en déplaise, la 1ère partie, comme la 2ème (que vous ne trouvez pas à votre goût), sont aussi utiles l’une comme l’autre. Tout le monde n’est pas censé savoir le rôle joué par le Qatar dans ces négociations, et le signaler fait partie de l’information utile et éclairante, vu les circonstances et la situation actuelle du pays.

    Frunbi

    (13 novembre 2012 - 12:53)

    @kane
    La 2ème partie n’est qu’une spéculation et n’est donc pas forcément fondée, Tixup voit le mal partout et ne lache rien sans y introduire la théorie du complot Nahdha-Qatar.
    C’est l’objectivité de Tuxup que je mets en question et non les intentions de Shell.

Laisser un commentaire