Le ministère de la culture omet de citer le nom du film “Ni dieu ni maître”

Le ministère de la Culture a publié un communiqué au sujet de la violence vécue dimanche à la salle AfricArt lors de la diffusion du film “Ni dieu ni maître” de la réalisatrice Nadia el Fani. Un film qui a créé la polémique de part son orientation qui nie l’existence de Dieu dans une société musulmane en Tunisie.

Ministère de la Culture
Ministère de la Culture

Le ministère de la Culture, tout comme les autres médias tunisiens, particulièrement la chaine la Télévision Tunisienne Nationale, TTN, a omit de citer le nom du film qui a causé ces incidents se limitant à citer que cette violence a été vécue lors d’une manifestation culturelle.

Nous nous souvenons tous des caricatures du prophète Mohamed qui ont été publiées au Danemark et qui avaient causé des manifestations à travers le monde, des gouvernements avaient qualifié ces caricatures par un acte provoquant la communauté musulmane, nous nous souvenons aussi du pasteur américain qui a brûlé le Coran, acte dénoncé par le président des États Unis, Barack Obama qui avait qualifié aussi cet acte par une provocation à l’encontre de la communauté musulmane à travers le monde. En Tunisie, diffuser un film qui provoque la communauté musulmane, qui constitue +90% de la population, est un acte manifestant la démocratie et la liberté d’expression pour le ministère de la Culture…

Communiqué rendu public par le ministère de la culture:

“Suite aux actes de violence survenus lors d’une manifestation culturelle organisée, dimanche, à la salle de Cinéma AfricArt à Tunis, et au cours de laquelle les participants à cette manifestation ont été agressés par un groupe d’individus, le ministère de la Culture considère que la liberté de pensée et de création est l’un des fondements de la société moderne et l’une des revendications de la révolution glorieuse et de ses nobles valeurs.”

Chose que le ministère a peut être oublié, la liberté de pensée et de création est l’un des fondements de la société moderne mais la liberté ne veut surtout pas dire provoquer autrui ou manquer de respect à sa personne et ses valeurs. Sinon la censure des sites à caractère pornographique devrait être ré-étudiée vu que ça relève de la liberté personnelle et le droit de diffusion de films pornographiques devrait être donné aux salles de cinéma, après tout, c’est une liberté dans un pays démocrate…

Le ministère de la culture omet de citer le nom du film “Ni dieu ni maître”
Le ministère de la culture omet de citer le nom du film “Ni dieu ni maître”

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

2 commentaires sur “Le ministère de la culture omet de citer le nom du film “Ni dieu ni maître”

    Magonito

    (29 juin 2011 - 10:13)

    citation: « de part son orientation qui nie l’existence de Dieu dans une société musulmane en Tunisie » un autre article totalement subjectif et trompeur. Avez-vous vu le documentaire !!!!????
    L’evolution que l’on voit ces derniers jours est réellement inquiétante sur notre capacité a dialoguer de facon constructive sans raccourcis ni mensonges. La liberté d’opinion et d’expression est le fondement d’une démocratie saine tant qu’elle n’appelle pas a la haine ou a la violence. Que ceux qui considerent que ce film est une insulte a l’islam et aux tunisiens intentent un proces, voila la seule reaction digne d’une democratie, le reste n’est que gesticulation et intimidation.

    Anis

    (29 juin 2011 - 12:20)

    Non mais qu’est-ce que vous racontez ??
    Personne n’oblige ce groupe d’individus à regarder ce film !
    S’ils n’aiment pas qu’ils dégagent et laissent les autres le faire librement!

    En quoi ce film heurte-il leurs croyances ??
    S’ils ne sont pas content ils peuvent l’exprimer pacifiquement et d’une manière civilisée, non pas en censurant (comme le faisait la dictature de Ben Ali)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.