Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L'horreur est à la porte

Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L’horreur est à la porte

Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L’horreur est à la porte > Pour la sortie du PlayStation VR, plusieurs jeux sont disponibles, dont celui sur lequel nous revenons aujourd’hui, une aventure à tenter malgré quelques défauts certains.

Nous le savons, le lancement d’une nouvelle console ; ou dans ce cas précis, d’un accessoire, n’est pas souvent accompagnée de titres incroyables esthétiquement ; sauf rares exceptions. Pour le cas du PS VR, le bilan est le même, malgré de bonnes intentions.

Manque de puissance de la machine de Sony ou écran en deçà de la concurrence, le PS VR peut toutefois se targuer d’être le casque de réalité virtuelle le moins cher du marché ; même en comptant les accessoires indispensables, et permet une immersion incroyable lorsque les bons réglages sont faits (luminosité, IPD, …). Dans cette optique, il est difficile d’imaginer que les jeux du lancement du PS VR soient impeccables graphiquement et force est de constater qu’Until Dawn Rush of Blood n’est clairement pas à la hauteur du grand Until Dawn, sortit plus tôt sur PS4.

Car oui, Until Dawn Rush of Blood reprend les bases du jeu Until Dawn et de son tueur masqué. Dans les faits toutefois, il n’est pas obligatoire de s’être déjà laissé prendre à l’aventure comptée dans le jeu PS4 pour profiter pleinement de ce soft, un rail-shooter appréciable et possédant des qualités certaines. Collé dans un siège de montagne russe, le joueur arpente différents paysages pour se guérir de sa propre folie ; et il prendra d’ailleurs un certain plaisir à évoluer dans ces décors, parfois gigantesques, parfois glauques au possible, Until Dawn oblige.

Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L’horreur est à la porte

Dans son gameplay, Until Dawn Rush of Blood aligne un classique rail-shooter qu’il sera préférable de découvrir avec les manettes moves, ces dernières permettant encore une bien meilleure immersion. S’il est possible de jouer à la manette, les moves prennent la forme d’armes que l’on peut tenir dans chacune des mains, et l’on détiendra, tour à tour, pistolets, fusils à pompe, mitrailleuses, ou encore lance-fusées, histoire d’offrir un carnage toujours plus sanglant. Très simpliste dans son déroulement, Until Dawn Rush of Blood jouit d’une précision incroyable dans la visée, matérialisée par la lumière des lampes se dégageant des armes.

Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L'horreur est à la porte
Test Until Dawn Rush of Blood PS VR : L’horreur est à la porte

Si l’on a que peu de chose à dire sur la jouabilité globale du soft sur PS VR, côté graphismes, en revanche, les choses se gâtent. Là encore, gageons que cela ne vienne simplement du fait que l’on se retrouve devant un jeu de lancement de l’accessoire de Sony, car, pour le moment, l’on se doit d’évoluer dans des décors alliasés au possible, se rapprochant finalement plus d’un jeu de début de vie de PS3. Si l’aspect de grille n’est pas réellement visible une fois dans l’action, c’est bien ce léger flou qui peut mettre à mal la patience des joueurs. Impératifs liés à l’accessoire, ces graphismes n’entachent pourtant en rien une immersion des plus prenantes.

Une fois confortablement installé dans ce wagon de la folie, l’on se surprendra à passer outre les défauts ; graphiques, surtout, pour se laisser aller à une aventure terrifiante, excellemment portée par un son 3D incroyable. Se retourner après avoir entendu un bruit inquiétant deviendra vite une habitude pour le joueur terrifié de la suite des évènements. Cela ne s’arrangera aucunement lors de séquences malsaines au possible, misant, là encore, sur les nerfs du joueur pour le surprendre à tout instants ; un peu comme ces jump-scares très bien fichus, parfois prévisibles, mais pas toujours ; un réel bonheur en somme.

Parcourir les niveaux du jeu ne prendra pas très longtemps pour le joueur. Si l’on découvre plusieurs univers permettant de découvrir des sensations de vitesses, de peur, d’instabilité mentale ou encore de gigantisme, le tour peut être fini en deux heures environ, mais l’on y reviendra sans aucun problème, ne serait-ce que pour améliorer notre score ou essayer différentes routes actionnables grâce à des leviers dans les niveaux.

Au final, bien qu’Until Dawn Rush of Blood possède toutes les tares d’un jeu de lancement, il n’en reste pas moins impressionnant, autant en immersion qu’en qualité. Si l’on avait préféré découvrir un univers moins pixélisé, l’immersion est incroyable et peut donner quelques sueurs ; et c’est bien ce que l’on souhaite principalement.

Auteur de l’article : Chris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.