Le salaire des coureurs cyclistes, leaders et équipiers du Tour de France

Tous les salaires ne sont pas égaux en cyclisme ; et les leaders perçoivent un salaire parfois bien plus élevés que la majorité des coureurs cyclistes. Retour sur le salaire des coureurs cyclistes du Tour de France.

Un salaire en fonction de critères

Comme partout ailleurs, le salaire d’un coureur cycliste est calculé en fonction de plusieurs facteurs. Aussi bien l’ancienneté, que les indicateurs de performances et autres capacités. Bien sûr, il existe des coureurs cyclistes qui sont de véritables stars (à l’image de Christopher Froome ou Vincenzo Niballi pour ne citer qu’eux). Ces derniers touchent, respectivement, 5 et 4 millions d’euros bruts chaque année. Vient ensuite des coureurs qualifiés de potentiels vainqueurs de grands tours et autres classiques, qui gagnent, en moyenne plus d’un million d’euros bruts à l’année.

Le rapport de force

Comme dans un travail des plus classiques, le niveau de salaire est calculé grâce à ce rapport de force entre les coureurs et les employeurs. Cela se porte donc au mieux lorsque de nouvelles équipes sont créées, ou que de nouveaux sponsors s’affichent fièrement. Parfois les salaires des coureurs cyclistes peuvent être multipliés par deux dans ces conditions. Mais malheureusement pour les plus grandes stars, l’inverse peut également être vrai. Un coureur de renom, s’il venait à perdre son équipe, peut rester sur la touche. Sans nouvelle équipe pour l’accueillir.

Une moyenne de 5 700 euros de salaire

Un coureur cycliste touche, en France, une moyenne de 5 700 euros nets, chaque mois. À noter également que ce sont les équipiers capables de faire basculer une course pour son leader qui sont les mieux rémunérés. Un coureur capable de gagner des courses quand il n’aide pas son leader sera également rémunéré plus qu’à l’accoutumer. Un tel coureur vaut, au minimum, 300 000 euros bruts par an.

Auteur de l’article : Chris