Syrie-Gérard Longuet: François Hollande n’a pas les mains libres pour décider de frapper

L’ancien ministre UMP de la Défense, Gérard Longuet, a affirmé être favorable à un vote du Parlement avant toute intervention française en Syrie.

Gérard Longuet, a déclaré sur i-télé que les grandes démocraties ont des parlements à l’image des Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne. Pour lui, il est nécessaire que la France apprenne à se servir de ses députés et de ses sénateurs ou alors on les renvoie chez eux pour parler uniquement des questions subalternes.

L’ancien ministre UMP a souligné que les intérêts français directs ne sont pas menacés, il n’y a donc pas d’application internationale qui engage la France ni de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, ce qui laisse croire que le président François Hollande n’a pas les mains libres comme dans les trois cas cités.

Gérard Longuet a considéré que l’affaiblissement de la position du président Hollande, c’est qu’on ne voit pas l’étape d’après. Frapper avec des armes c’est toujours possible, que fait-on une fois qu’on a frappé ?», a interrogé le sénateur UMP de la Meuse.

 Trouver une solution de long terme sur la Syrie

Toutefois, le sénateur UMP a estimé que les grandes puissances, tels que, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, ont le devoir de trouver une solution de long terme sur la Syrie. Il ajoute que cette solution de long terme est au moins le fédéralisme, c’est-à-dire des communautés qui soient séparées et qui se protègent elles-mêmes.

Le Parlement sera réuni mercredi en session extraordinaire pour un débat sur la situation en Syrie, sans vote des députés et sénateurs.

 

Gérard Longuet, ancien ministre UMP de la Défense. Photo archives Le DL
Gérard Longuet, ancien ministre UMP de la Défense. Photo archives Le DL

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire