Les réactions suite au discours de John Kerry sur de probables actions militaires en Syrie

La secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a prononcé un discours sévère condamnant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie pour mener à bien le «massacre aveugle de civils et le meurtre de femmes, d’enfants et de passants innocents». Kerry a dit que c’était un outrage moral et le président américain était en train d’évaluer comment réagir.

Washington a récemment renforcé sa présence navale dans la Méditerranée orientale et les chefs militaires des États-Unis, Royaume-Uni et leurs alliés ont organisé une réunion en Jordanie.

Les analystes estiment que l’action américaine la plus probable serait par la mer avec des missiles de croisière lancés ciblant les installations militaires syriennes.

Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré l’Occident n’avait pas apporter des preuves solides que les forces du président Assad avaient utilisé des armes chimiques.

Il a répondu aux suggestions de certains pays occidentaux que l’action militaire contre le gouvernement syrien ne pouvait être prise sans un mandat de l’ONU.

M. Lavrov a déclaré que le recours à la force sans l’appui du Conseil de sécurité serait “une violation grossière de droit international».

Plus tôt, le secrétaire aux Affaires étrangères britannique, William Hague, a déclaré à la BBC, qu’une réponse militaire internationale pour l’utilisation présumée d’armes chimiques serait possible sans le soutien de l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l’ONU est divisée, avec la Russie et la Chine s’opposant intervention militaire et l’avertissement au Royaume-Uni et en France que l’ONU pourrait être contournée si il y avait “un grand besoin humanitaire».

Dans une chronique dans le journal The Times, l’ancien ministre britannique Tony Blair a écrit que si l’Occident n’intervient pas pour soutenir la liberté et de la démocratie en Egypte et en Syrie, le Moyen-Orient devra faire face à une catastrophe.

Secrétaire d'Etat John Kerry parle de la Syrie au Département d'Etat à Washington.
Secrétaire d’Etat John Kerry parle de la Syrie au Département d’Etat à Washington.

Auteur de l’article : Samy

Laisser un commentaire