prison

La Cour européenne des Droits de l’Homme refuse l’extradition d’un schizophrène accusé de terrorisme

La Cour européenne des droits de l’Homme s’est opposée mardi à l’extradition vers les Etats-Unis de Haroon Aswat, accusé de terrorisme et interné pour schizophrénie dans un hôpital de haute sécurité en Grande-Bretagne.

prisonLa Cour a estimé que sa probable incarcération dans une prison de haute sécurité aux Etats-Unis risquait d’exacerber sa schizophrénie.

Haroon Rashid Aswat, 39 ans, a été interpellé en août 2005 au Royaume-Uni à la demande des Etats-Unis.

M. Aswat a été inculpé par la justice américaine en qualité de complice d’Abu Hamza, ancien imam de la mosquée de Finsbury Park (nord de Londres).

Il est soupçonné d’avoir été son complice dans le cadre d’un projet d’établissement d’un camp d’entraînement au jihad à Bly, dans l’Oregon (Etats-Unis), de juin 2000 à décembre 2001.

En avril 2012 la Cour européenne avait déjà donné son feu vert à l’extradition vers les Etats-Unis d’Abu Hamza et de quatre autres personnes inculpées de terrorisme.

Elle avait alors estimé que l’incarcération probable d’Abu Hamza et de quatre autres suspects dans un pénitencier américain de sécurité maximum, à Florence (Colorado), ainsi que la peine de réclusion à vie sans libération conditionnelle à laquelle ils pourraient être condamnés, n’étaient pas grossièrement disproportionnées eu égard aux charges retenues contre eux.

Mais elle avait ajourné sa décision concernant Haroon Rashid Aswat. La Cour s’inquiétait notamment de savoir si les Etats-Unis prendraient en compte son état mental dans le choix de son lieu d’incarcération.

Auteur de l’article : La Rédaction

Laisser un commentaire