Le cyberespionnage gagne de l’ampleur

Le cyberespionnage est une pratique qui gagne de l’ampleur, dangereuse en raison de sa discrétion, elle fait de plus en plus de victimes à l’échelle mondiale en visant en premier les Etats-Unis en premier lieu.

Afin de démontrer l’ampleur du cyberespionnage, l’opérateur télécoms américain Verizon a compté en 2013 minimum 511 incidents et cet année ce fléau tend à tripler. Le problème avec le cyberespionnage c’est qu’il est tellement silencieux qu’il est difficile de le comptabiliser.

Au niveau international, les Etats-Unis est le pays qui attire le plus les espions. D’ailleurs, l’étude affiche un pourcentage de 54 % des attaques répertoriées pour les Etats-Unis puis celui de 6% pour la  Corée ensuite celui de 4% pour  le Japon et pour finir celui de 3% pour  la Russie.

L’analyse effectuée par Verizon évoque également les sources de ces attaques et il paraît qu’elles sont lancées à 49 % de la Chine et de la Corée puis de l’Europe de l’Est  un pourcentage de 21%. L’étude démontre que dans 25% des cas de cyberespionnage, il est possible de détection d’où a été lancée l’attaque.

Au niveau national, la première victime de ce fléau est le secteur public ( l’Etat, les organismes publics, les programmes militaires et économiques, les ambassades), ensuite, les professions intermédiaires( les avocats, les comptables, les financiers…)  et enfin l’industrie manufacturière qui attire les espions en raison des petits secrets qu’elle cache.

Le cyberespionnage vise éssentiellement les Etats-Unis
Le cyberespionnage vise éssentiellement les Etats-Unis

Auteur de l’article : Donia

Laisser un commentaire