Surveillance d’Internet : une procédure admise par la plupart des Français

57% estiment que la surveillance généralisée d’Internet est favorable dans la mesure où elle facilite le travail de la police. Le pourcentage restant n’admet pas l’espionnage de leur  SMS, appel ou email. C’est un sondage effectué par Orange/Terrafemina qui met en évidence ces statistiques.

Il faut dire que les révélations récentes sur l’espionnage, la collecte de données personnelles et leur stockage ne rassurent pas les Français.

Un sondage effectué par Orange/ Terrafemina prouve bien l’inquiétude des Français. En effet, 71% des sondés ne cachent pas leur appréhension face à l’espionnage de leurs faits et gestes mais estiment que cette pratique est nécessaire en quelque sorte. De ce fait, la surveillance généralisée d’Internet est tolérable et surtout justifiée pour 57% des Français. Ces personnes sont bien conscientes que cette surveillance constitue un moyen pour venir à bout des groupes criminels.

Par contre 64% des personnes questionnées croient dur comme fer que toutes leurs conversations téléphoniques sont mémorisées et stockées. En incluant les SMS avec les appels téléphoniques, le taux s’accroît pour atteindre  74% .

En France, les opérateurs sont dans l’obligation de stocker les données de connexion de leurs abonnés pour une période d’un an. Donc, les numéros qu’ils ont joints ou qui les ont joints, à quelle date, à quel endroit, et durant combien de temps sont conservés par contre, les écoutes téléphoniques ne sont possibles que par une demande de la justice. Concernant les messages, ils ne sont transmis à des enquêteurs que pour une durée limitée et dans le cas d’une affaire de grande importance. Donc rassurez-vous, le stockage officiel du contenu des SMS n’existe pas en France

surveillance d'Internet
surveillance d’Internet

Auteur de l’article : Donia

Laisser un commentaire