France: BMW accusé d’espionnage sur le programme de voiture électrique Autolib à Paris

Le groupe qui dirige le système d’autopartage Autolib à Paris, a annoncé mardi qu’il avait déposé une plainte pénale accusant le constructeur automobile allemand BMW d’utiliser des espions pour recueillir des informations sur ses voitures électriques.

Le groupe Bolloré a déclaré qu’il avait déposé la plainte contre l’espionnage industriel après avoir repérer deux employés d’une entreprise employé par BMW trois fois en train de falsifier des points de chargements et des véhicules Autolib ‘garées à Paris.

BMW a nié toute malversation

« Nous ne savons pas pour l’instant les informations qu’ils ont pu recueillir ou les technologies qu’ils ont utilisés, » a déclaré le porte-parole d’Autolib, Jules Varin à l’AFP.

« Tout ce que nous pouvons dire, c’est que Bolloré est en avance de plusieurs technologies dans lesquelles nous avons investi beaucoup d’argent, y compris la batterie et le système de géo-localisation », a-t-il dit.

Une source judiciaire a confirmé que Autolib ‘avait pris des mesures juridiques.

BMW affirme que les deux ouvriers, employés par la firme d’ingénierie P3 pour préparer le lancement du prochain modèle électrique « i3″, ont effectué des tests de routine comme c’est le cas à travers l’Europe pour vérifier la compatibilité des points de recharge sur la voie publique. »

Les deux hommes ont suscité des soupçons lorsqu’ils ont été trouvés en altération avec une Bluecar Bolloré le 21 Août dans une borne de recharge dans le 9ème arrondissement de la ville.

 

Une photo prise le 2 Décembre, salons 2011 une Autolib BlueCar électrique branché à une station de recharge Autolib à Paris.
Une photo prise le 2 Décembre 2011, une Autolib BlueCar électrique branchée à une station de recharge Autolib à Paris.

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.