Neil Armstrong

Décès de Neil Armstrong, icône du premier pas sur la lune

Neil Armstrong
Neil Armstrong

C’est un petit pas pour l’homme mais un bond de géant de l’humanité, c’étaient les premiers mots de Neil Armstrong lors de sa descente sur la lune. Neil Armstrong, premier astronaute à avoir marché sur la lune est décédé ce samedi, à l’âge de 82 ans, suite une opération cardiovasculaire.

Embarqués à bord de la navette Apollo 11, Neil Armstrong et son co-équipier Buzz Aldrin avaient marché sur la lune le 20 juillet 1969.

Neil Armstrong est un héros américain contre son gré qui a servi sa nation avec fierté, comme pilote de la marine, pilote d’essai, puis astronaute, a souligné la famille dans un communiqué.

Neil Armstrong avait été opéré du cœur au début du mois, selon NBC News.

L’astronaute est né le 5 août 1930 à Wapakoneta, dans l’Ohio (nord). Il a commencé sa carrière dans la Nasa, l’agence spatiale américaine, en 1955.

Neil ArmstrongNeil Armstrong avait été chargé de commander la première mission lunaire américaine à bord de la capsule Apollo 11 avec les astronautes Buzz Aldrin et Michael Collins.

Il s’était posé sur la lune à bord du module Eagle en juillet 1969, et avait assuré sa place dans l’Histoire en déclarant, en foulant le sol lunaire : C’est un petit pas pour l’homme mais un bond de géant de l’humanité.

Cet homme modeste était instantanément devenu un héros planétaire, une icône de l’odyssée de l’espace.

L’astronaute avait ensuite peu parlé en public, fuyant micros et caméras, et vivait depuis des dizaines d’années dans une ferme reculée de l’Ohio (nord).

Neil Armstrong
Neil Armstrong

Auteur de l’article : La Rédaction

1 commentaire sur “Décès de Neil Armstrong, icône du premier pas sur la lune

    Decrauze

    (26 août 2012 - 13:17)

    – De la Lune à la terre –

    Comme un symbole : alors que la machine Curiosity commence ses tours de roue sur Mars, les premiers pas sur la Lune sont orphelins. Un passage de relai spatial qui permet un bond de plus pour l’humanité, loin de ses travers, de sa frénésie économico-financière, de sa crise polymorphe. Grâce à Neil et Curiosity, on parvient encore un peu à chuchoter, mais sans atteindre la jubilation d’un autre Armstrong, « What a Wonderful World ! », cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Armstrong%20%28Louis%29.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.