Encourager la « coparentalité » pour assurer un avenir meilleur aux enfants dont les parents sont séparés

Sous le contrôle des ministères de la Justice et de la Famille, un groupe de travail a écrit un rapport sur la «coparentalité». Les conclusions de ce rapport ont été publiées aujourd’hui dans les colonnes de la Croix.

L’objectif de ce rapport est de recommander une «autorité parentale conjointe» en cas de séparation, celle-ci permettra aux deux parents de prendre ensemble des décisions jugées capitales pour leur enfant. Ainsi, le poids de la décision du père sera égal au poids de la décision de la mère.

Les auteurs du rapport citent dans leur rapport que c’est le parent avec lequel vit l’enfant qui prend généralement les décisions le concernant, par contre l’autre parent ne participe pas à la décision.

Selon ces rédacteurs, tout «acte important», décrit par ces derniers comme un acte qui rompt avec le passé et engage l’avenir de l’enfant ou qui touche à ses droits fondamentaux, doit impérativement impliquer les deux parents.

Par contre les actes dits «usuels», autrement dit ayant moins d’effet sur l’enfant, peuvent être autorisés par un seul parent.

Les auteurs du rapport, non unanime,  jugent que le déménagement  est intégré dans la catégorie d’un «acte important» aux côtés de l’école, la santé…La Croix souligne que cette catégorie inclut tout changement dans la vie quotidienne.

les décisions concernant l'enfant doivent être prise par les deux parents
les décisions concernant l’enfant doivent être prise par les deux parents

Auteur de l’article : Donia

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.