Le Qatar accusé d’esclavagisme dans les projets d’infrastructure de la Coupe du Monde

Le Qatar a nommé un cabinet d’avocats international pour enquêter sur les médias qui affirment que les travailleurs migrants qui travaillent sur ​​des projets d’infrastructure massifs pour la Coupe du Monde de football 2022 sont exploités.

Le ministère du Travail de l’émirat du Golfe nommé DLA Piper “à examiner de façon indépendante toutes les allégations formulées, et a fait un rapport sur leur véracité au ministère,” a déclaré Ali al-Kholeifi, conseiller des affaires internationales du ministère, mercredi soir.

Le ministère va «prendre toutes les mesures nécessaires pour répondre à ces allégations une fois que le rapport est prêt,” a déclaré l’agence de presse de l’Etat.

«Le gouvernement du Qatar prend ses engagements internationaux au sérieux, surtout après les récentes allégations de violations» de la Convention internationale sur le travail forcé, ajoute Kholeifi.

Le Qatar a rejeté les déclarations dans un rapport du quotidien Britannique Guardian selon lequel les travailleurs népalais dans la construction des projets de la Coupe du Monde sont traités comme des “esclaves”.

“Il n’y a pas d’esclavage ou de travail forcé au Qatar», a déclaré Ali al-Marri, président de la commission nationale des droits de l’homme dans le pays.

Le Guardian a rapporté la semaine dernière que des dizaines de Népalais sont morts au travail au Qatar au cours des dernières semaines, soulevant des inquiétudes sur les préparatifs du pays pour accueillir la Coupe du Monde.

 

Les protestataires manifestent contre l'exploitation des travailleurs perçu au Qatar - qui sera l'hôte de la Coupe du Monde 2022 - lors d'un rassemblement à Londres, le 24 mai 2013.
Les protestataires manifestent contre l’exploitation des travailleurs au Qatar – qui sera l’hôte de la Coupe du Monde 2022 – lors d’un rassemblement à Londres, le 24 mai 2013.

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire