Arme

Tunisie: Heurts avec des jihadistes et saisie d’armes et marijuana

Deux agents des forces tunisiennes ont été blessés lors de heurts avec des jihadistes présumés dans la nuit de lundi à mardi à Kasserine (centre-ouest), et l’armée a renforcé sa présence dans le Sahara, près de sites pétroliers, pour prévenir tout acte terroriste.

Munition armeUn haut responsable policier a indiqué sous couvert de l’anonymat qu’une opération spéciale avait visé à Kasserine trois personnes appartenant à la mouvance salafiste jihadiste.

Alors que les forces spéciales appréhendaient l’un des suspects, ses deux complices ont ouvert le feu blessant deux agents dont l’un grièvement à la jambe et à la hanche. Ce dernier a été hospitalisé à Tunis et les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d’assaut de type Kalachnikov.

Des opérations de ratissage sont en cours dans la région pour les retrouver, selon la même source. Le ministère de l’Intérieur a refusé de commenter ces informations.

Selon une source au sein de la garde nationale, s’exprimant aussi sous couvert d’anonymat, les trois salafistes présumés seraient liés au groupe que les forces tunisiennes ont pourchassé pendant une dizaine de jours en décembre dans la région de Kasserine, à la frontière algérienne.

Fin décembre, les autorités tunisiennes avaient annoncé l’arrestation dans cette zone de seize hommes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et que 18 personnes étaient recherchées.

armée - militairePar ailleurs, des forces spéciales ont été déployées depuis trois jours dans le Sud, voisin de la Libye et de l’Algérie, pour protéger des installations pétrolières et gazières du Sahara.

Il s’agit de mesures de précaution à la suite de la prise d’otages d’In Amenas en Algérie, a confié une source de la sécurité dans la région.

Plusieurs sociétés énergétiques étrangères sont présentes en Tunisie comme l’italien ENI, le franco-britannique Perenco, l’autrichien OMV – dont des accords de partage de production avec le groupe public tunisien ETAP – et le canadien Winstar.

Ces mesures visent la prévention de toute attaque terroriste ciblant les champs (pétroliers et gaziers tunisiens) en particulier ceux situés à la frontière tuniso-algérienne, a aussi indiqué une source sécuritaire à l’agence officielle TAP.

Une source au sein des forces de sécurité dans la région de Tataouine (sud-est) a par ailleurs indiqué que des kalachnikov et de la marijuana avaient été saisies à Remada dans une voiture immatriculée en Libye. Il n’a pas été en mesure de préciser les quantités.

Tunisie: Heurts avec des jihadistes et saisie d'armes et marijuana
Tunisie: Heurts avec des jihadistes et saisie d’armes et marijuana

Auteur de l’article : La Rédaction

Laisser un commentaire