Mariage collectif

Photos – Ennahdha serait-il derrière les mariages collectifs?

Le soir du samedi 8 septembre 2012, un mariage collectif est organisé par l’association Al Afef à l’hippodrome de Ksar Saïd sous l’égide du ministère des Affaires religieuses et en présence du Chef du Gouvernement, Hamadi Jebali.

Ci-dessous les premières images de cette fête collective qui rappellerait les mouvements entrant dans le cadre d’une campagne électorale pour appuyer le parti dominant de la troïka, Ennahdha.

Bien que aucun indice n’implique de près Ennahdha, plusieurs ont déclaré que le parti islamiste serait derrière cette initiative.

Dans le cadre de la transparence, des appels ont été lancés pour avoir les détails du coût de cette fête, location de l’hippodrome de Ksar Said, le train qui a transporté les mariés, la présence des forces de l’ordre pour sécuriser l’endroit, les frais des festivités, etc…

Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif
Mariage collectif

Auteur de l’article : La Rédaction

2 commentaires sur “Photos – Ennahdha serait-il derrière les mariages collectifs?

    Dr Jamel Tazarki

    (8 septembre 2012 - 22:33)

    Le rejet du projet néolibéral par Ennahdha!
    Dans le but de favoriser le développement économique et social, d’améliorer le niveau de vie et de défendre le droit du peuple à une vie meilleure, le gouvernement tunisien doit encourager le planning familial. La Tunisie est un pays en voie de développement, sa population est relativement abondante, ses terres agricoles sont minimes, ses ressources par habitant sont basses, et son retard économique, scientifique et technologique est très grand. Notre croissance démographique ne va pas de pair avec le développement économique et social. La Tunisie a dépassé le cap des dix millions d’habitants en 2005, ce qui correspond à un triplement de sa population depuis l’indépendance (3 448 000 habitants) et à un doublement depuis le début des années 1970. D’après mes calculs statistiques la Tunisie a même dépassé le cap des 11 Millions en 2010. Malgré la mise en place du planning familial durant les dernières décennies, la population n’a pas cessé d’augmenter. La superficie cultivée dans notre pays par habitant se réduit à travers les décennies et il en va de même pour les réserves en eau douce. La récolte céréalière tunisienne n’a pas cessé d’augmenter, mais la quantité de grain par tunisien n’a pas cessé de se réduire à cause de la poussée démographique. Un grand pourcentage de l’accroissement annuel du revenu national est absorbé par l’accroissement de la population, ce qui absorbe une grande partie de nos fonds et freine le développement économique et social. La croissance démographique excessive en Tunisie a causé beaucoup de problème dans les domaines de l’emploi, de l’éducation, des transports, du logement et des soins médicaux.

    Devant ces conditions sérieuses, afin de garantir à notre peuple les éléments essentiels de la vie et lui assurer non seulement de la nourriture et de l’habillement en suffisance, mais aussi une amélioration graduelle de son niveau de vie, la Tunisie doit agir et encourager le planning familial. Sinon, on va finir par avoir une croissance démographique immense et une détérioration encore plus grave de la situation économique et sociale. Il nous faut donc faire tout afin de développer l’économie et les moyens productifs sans oublier de pratiquer le planning familial pour assurer une décroissance démographique et la faire convenir au niveau du développement économique et social. Ça sera une décision honnête envers la Tunisie et les générations prochaines.

    Si nous ne prenons pas nos responsabilités à temps, c’est la nature qui se chargera à équilibrer le système écologique et à limiter notre nombre (épidémies et guerre civile). D’après mes calculs statistiques, la Tunisie aura en l’an 2020 environ 16 Millions d’habitons et en l’an 2045 approximativement 30,5 Millions. C’est pour cela qu’il faut encourager la procréation et le mariage tardif et restreindre autoritairement le nombre d’enfants à un maximum de deux par couple.

    Ce combat nahdhaouiste du célibat n’est qu’un rejet du projet néolibéral de la révolution du printemps arabe et même contre les intérêts socio-économiques de notre pays. Il est inacceptable qu’il y ait encore en Tunisie de très jeunes filles déjà mariées à moins de 16 ans.

    La fermeture de plusieurs écoles primaires en Tunisie n’est pas un signe (comme Mr. Rached Ghanouchi prétend dans ses discours) de la baisse des naissances mais elle est plutôt la conséquence du fait que le nombre d’enfants âgés de 6 à 15 ans n’ayant jamais été à l’école ou l’ayant quittée avant la fin de la scolarité obligatoire s’élève à plus d’un million en Tunisie. L’écart est plus accentué selon le genre, l’âge, le milieu de résidence, ou l’activité des enfants. 67.6% des enfants non scolarisés ou déscolarisés, sont des filles. 60% des enfants concernés habitent les zones rurales et 40% sont en situation de travail.

    J’appelle à la lutte contre la domination des idées planistes et dirigistes du clan Ghanouchi car le réel affrontement des problèmes de l’heure passe par une réforme et une reconstruction du Libéralisme.

    Dr. Jamel Tazarki
    Allemagne
    http://www.go4tunisia.de

    Frunbi

    (10 septembre 2012 - 11:25)

    Les tunisiens n’ont pas vraiment le choix, ils sont incapables de se marier avant l’age de 30 ans avec le salaire qu’ils ont. Idemme pour les enfants ils n’ont pas le budjet qui leur permet d’elever plus que 2 enfants.
    Donc une initiative pareille on ne peut que la saluer.
    Y a des choses qu’on ne peut pas juger lorsqu’on ne vit pas en Tunisie Mr Jamel.
    Merci pour ces statistiques mais t’es loin de la réalité Mr.ça s’applique peut etre pour ton Allemagne mais pas ici !!

Laisser un commentaire