Manifestation 5 août 2012

Violence à l’avenue Habib Bourguiba pour disperser une manifestation

Manifestation 5 août 2012Bien que le ministère de l’Intérieur ait interdit la manifestation prévue pour le soir du dimanche 5 août 2012, des groupes de manifestants se sont rassemblés à l’avenue Habib Bourguiba pour exprimer leur ras-le-bol des conditions de vie en Tunisie, notamment, les coupures d’eau et d’électricité dans plusieurs régions de la Tunisie, les poubelles éparpillées dans les rues, le projet de loi portant sur les indemnisations des prisonniers amnistiés ainsi que les propositions retenues concernant la question d’égalité homme-femme à l’Assemblée Constituante.

En début de la soirée, les agents des forces de l’ordre déployés ont tenté de disperser les manifestants en vain avant de s’attaquer en utilisant les grands moyens pour les disperser à coups de matraques. Plusieurs interpellations ont été constatées alors que d’autres personnes ont été violemment prises à partie à coups d’insultes, de gifles et coups de poings.

Les chaises et les tables des cafés de l’avenue Habib Bourguiba ont aussi été usées contre les manifestants.

Bien que la manifestation a été interdite par le ministère de l’Intérieur, rien ne justifie le recours à autant de violence pour disperser une foule qui veut un avenir meilleur! Si c’était des salafistes qui manifestaient, cette même violence aurait-elle été usée? Cette réaction de la part des agents des forces de l’ordre serait-elle une démonstration de force pour dissuader les citoyens de manifester? Qu’ils soient des salafistes ou non, rien ne justifie la violence de l’État à l’encontre de ses citoyens!

Auteur de l’article : La Rédaction

1 commentaire sur “Violence à l’avenue Habib Bourguiba pour disperser une manifestation

    Abdel Rahim

    (6 août 2012 - 15:47)

    Interdiction de manifester, répression des marches pacifiques, arrestation des blogueurs, retour de la censure, quelle différence par rapport a l’ancien régime ? Ah, j’ai oublie, le harcèlement des femmes et la main-mise sur les mosquées en plus.

Laisser un commentaire