Nabil Karoui

Verdict rendu dans l’affaire de Nessma Tv et Nabil Karoui

Nessma TVHasard ? Le verdict dans l’affaire de la chaîne Nessma Tv et son patron, Nabil Karoui, est tombé ce jeudi 3 Mai 2012 qui coïncide avec la journée mondiale de la liberté de la Presse.

Dans cette affaire relative à la diffusion du film franco-iranien Persepolis, Nessma Tv et son patron M. Karoui sont poursuivis pour atteinte au sacré.

Le directeur général de la Chaine, Nabil Karoui poursuivi pour « diffusion de film étranger qui a engendré le trouble de l’ordre public » a été condamné à une amende de 2400 dinars et les deux autres accusés à savoir Nadia Jalel, présidente de l’association « la Voix de l’Enfant » et de Hédi Boughenim, responsable du service de visionnage à une amende de 1200 dinars chacun.

Cette condamnation a été qualifié par plusieurs par une tentative de museler les médias et restreindre leur liberté, une vraie épreuve pour la liberté d’expression dans une Tunisie post-Révolutionnaire.

Pour rappel ce procès a été ouvert le 16 novembre 2011 et reporté deux fois.

Nabil Karoui
Nabil Karoui

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

2 commentaires sur “Verdict rendu dans l’affaire de Nessma Tv et Nabil Karoui

    Guissouma wiem

    (3 mai 2012 - 22:58)

    Je crois que c’est vraiment decevant pour une tunisie post revolutionnaire.on veut museler les journalistes libres qui disent la verite qui critiquent le gouvernement comme la chaine nessma,ce n’est pas un hasard,tout simplement c’est une chaine qui ose dire non,

    Frunbi

    (4 mai 2012 - 15:36)

    Mme Wiem,
    Je sais pas si t’as suivi le procés ou pas parceque ça n’a rien à voir avec la critique du gouvernement ou le role de la chaine dans la défense des libertés ou quoique ce soit, Nessma Tv a été attaqué à cause du film Persopolis dans le quel dieu a été personnalisé sous forme humaine et « ridiculisé ». Ou est la liberté d’expression dans tout ça? à ma connaissance Nessma n’a pas été condamné pour avoir critiqué un ministre ou un membre du gouvernement mais c’est parcequ’elle a porté atteinte au seigneur.
    Dans la Tunisie post revolutionnaire on peut pas tout se permettre.
    OK Wiem?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.