La paternité tardive un problème négligé: les conséquences sont considérables

Il semble qu’une recherche met en évidence un lien positif et fort entre  la paternité tardive et l’apparition de maladies mentales.

A l’opposé des femmes, les hommes sont généralement pas pressés d’avoir des enfants c’est pour cela qu’ils se permettent de procréer à un âge avancé. La différence entre les deux sexes engendre des conséquences non négligeables.

Une nouvelle analyseaméricano-suédoise a dévoilé que les enfants dont les pères sont âgés auraient plus de risques de souffrir de troubles psychiatriques et de problèmes d’apprentissage. Cette constatation provient de l’étude des données médicales de tous les Suédois nés entre 1973 et 2001.

Ainsi, les scientifiques ont détecté un lien significatif entre l’âge avancé du papa à la naissance des enfants et une kyrielle de pathologies psychiatriques dont l’autisme, le déficit d’attention, le trouble bipolaire, la schizophrénie mais également des problèmes de drogues en plus des lacunes au niveau des études.

Prenons l’exemple de  la progéniture d’un homme âgé de 45 ans, celle-ci a 3,5 fois plus de risque d’être victime d’autisme, 13 fois plus de risque d’avoir des troubles de l’attention, 25 fois plus de probabilité d’être bipolaire et 2,5 fois plus de risque d’avoir un comportement suicidaire et des problèmes de drogue qu’un enfant dont le géniteur est âgé de 24 ans.

l'âge avancé du papa à la naissance des enfants peut engendrer une kyrielle de pathologies psychiatriques
l’âge avancé du papa à la naissance des enfants peut engendrer une kyrielle de pathologies psychiatriques

Auteur de l’article : Donia

Laisser un commentaire