La Haute autorité de santé met en garde les consommateurs contre la e-cigarette

 La Haute autorité de santé (HAS) préconise l’utilisation  des substituts nicotiniques classiques (patchs, gommes à mâcher, pastilles, spray buccal) afin d’arrêter de fumer. En effet, rien ne prouve l’efficience de la e-cigarette ni même l’absence de danger lié à son utilisation.

 La HAS précise dans une série de recommandations publiées avant-hier, qu’il n’est pas judicieux de préconiser les cigarettes électroniques pour minimiser le niveau du tabagisme car celle-ci n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie permettant de certifier son efficacité et l’absence de tout danger lié à son utilisation.

Concernant le cas des fumeurs refusant les substituts classiques, la HAS juge qu’il ne doit pas être déconseillé d’utiliser les cigarettes électroniques. La raison en est que ces dernières sont estimées moins dangereuses que le tabac.

D’après les statistiques, un français sur cinq a déjà utilisé la cigarette électronique, celle-ci devient une vraie tendance donc il était prévisible que la réaction de la HAS soit ainsi. La e-cigarette ne contenant ni tabac, ni goudron, ni monoxyde de carbone, est vendue dans des boutiques spécialisées.

La HAS préconise aux personnes désirant arrêter de fumer d’avoir recours en premier lieu aux traitements nicotiniques de substitution (TNS) dont l’efficacité  a été prouvée puis en deuxième recours à la cigarette électronique.

la e-cigarette n'est pas le mieux adaptée à la réduction de tabac
la e-cigarette n’est pas le mieux adaptée à la réduction de tabac

Auteur de l’article : Donia

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.