Congrès Pour la République

Infos:

  • Congrès Pour la RépubliqueNom : Congrès Pour la République
  • Création : 11 Février 2011
  • E-mail : [email protected]
  • Téléphone : (+216) 71 346 001
  • Fax : (+216) 71 346 002
  • Site web : www.cprtunisie.net
  • Facebook : cliquer ici

Historique

Le Congrès Pour la République a vu le jour le 25 juillet 2001 lors d’une réunion tenue dans une maison privée et sous une haute surveillance de la police politique. Parmi les fondateurs du parti on compte alors des militants de la société civile et d’anciens prisonniers politiques tous fédérés par une double volonté, d’une part relever les défis que la dictature alors à son apogée posait à toute la société et d’autre part établir un consensus autour des principes suivants :

  • La volonté d’exercer réellement les libertés individuelles et politiques sous le slogan « nos droits on les exerce, on ne les demande pas » à travers la création d’un parti politique qui appelle à la résistance civile plutôt qu’à l’opposition, sans demander à personne ni autorisation, ni permission. Ainsi nous avons volontairement tenu à nous soustraire des règles fixées par la dictature en nous tenant même à l’opposé comme un premier acte de résistance.
  • La conviction ferme que la dictature ne peut en aucun cas être réformée compte tenu de sa nature criminelle:, le CPR a refusé de s’inscrire dans ses manœuvres, telles que les élections présidentielles et législatives et a appelé à la chute de la dictature par tous les moyens pacifiques de la résistance civile.
  • Le travail pour la création d’un front politique aussi large que possible visant la lutte contre le despotisme et la chute de la dictature. Notre parti a joué un rôle primordial dans des projets patriotiques communs tels que l’alliance de 2001 qui a réuni quatre partis (CPR, POCT, PDP, FDTL), notre action commune contre la réforme de la constitution de 2002, la mise en place de la réunion d’Aix de 2003 qui a débouché sur le premier document collectif retraçant les principes fondateurs de l’Etat auquel on aspire. Nous avons en outre participé à la grève de faim et au mouvement du 18 octobre 2005, sans oublier notre action permanente en faveur de la désobéissance civile et ce depuis 2006. Depuis la création du parti, nos militants ont subi toutes les formes d’exactions, prison, filatures, expropriations, exils sans parler d’innombrables atteintes à l’honneur. Tout cela est dû au fait que le CPR a toujours représenté aux yeux de la dictature tout ce qu’elle déteste et craint à savoir la justesse de la description de sa nature , l’audace de la défiance à son égard, sans oublier l’appel sans concession à sa chute et la participation avant-gardiste à toute action de résistance à son pouvoir.

S’inscrivant dans la même perspective historique du parti, le CPR continue aujourd’hui la lutte pour atteindre les principes et les objectifs suivants :

I. LES PRINCIPES

Les Valeurs

Ce qui nous a réuni jusqu’à présent et doit réunir toute personne désireuse de se joindre au parti c’est l’ouverture d’esprit et la volonté de montrer la vérité au grand jour, la fermeté sur les principes et la persévérance dans l’œuvre visée quelles que soient les difficultés, les obstacles et les sacrifices consentis en vue de l’intérêt général. Ces mêmes valeurs qui ont inspiré nos prises de position et notre conduite lors de la lutte contre la dictature, sont les mêmes que nous entendons mobiliser au cœur de notre action pour atteindre les buts que nous avons fixés.

Références intellectuelles

Le parti établit une distinction fondamentale entre croyance, idéologie et référence intellectuelle.

La croyance, pour le parti, elle relève du domaine privé lié à la liberté de conscience en tant qu’un des droits fondamentaux de l’homme.

L’idéologie est un système de pensée qui prétend détenir seul la vérité ainsi que toutes les solutions pour tous les problèmes. Un tel système tend par essence vers l’absolutisme et le totalitarisme ce qui en fait le plus souvent un motif de dissension et de division au sein de la population.

La référence intellectuelle représente les fondements théoriques derrière nos positions politiques qui nous servent de base pour l’analyse, la lutte et le traitement des questions concrètes qui se posent au parti. Ces fondements sont les suivants :

  • Les valeurs et pensées d’émancipation dont foisonnent notre histoire arabo-musulmane tunisienne et l’histoire de l’humanité.
  • La Déclaration universelle des droits de l’homme, les conventions et les accords internationaux.
  • L’approche scientifique et objective de notre réalité sans idées préconçues ou figées.
  • L’originalité dans l’innovation et la capacité d’adaptation à une réalité sans cesse changeante, l’application d’une méthodologie faisant appel à toutes les compétences afin de trouver les solutions adéquates fondées sur la rigueur de l’analyse et la réactualisation des données, l’ouverture intellectuelle seule capable d’articuler les solutions appropriées à la complexité de la réalité ».
  • Notre parti respecte toutes les croyances et ne s’inscrit sous aucun étendard idéologique. Ses décisions politiques ont pour fondement intellectuel la fermeté sur les principes et une méthodologie évolutive. Ceci facilite la coexistence pacifique des différentes sensibilités et croyances au sein du parti, toutes partageant des objectifs politiques communs, un mode de pensée caractérisé par l’écoute, l’ouverture intellectuelle et le dialogue.

Principes organisationnels

Le parti sollicite la confiance de notre peuple pour le représenter et le servir selon les principes démocratiques, raison pour laquelle le parti a été fondé autour de personnes connues et disposées à assumer toutes les difficultés affirmant ainsi notre droit à une activité pacifique et publique et notre refus de la clandestinité. Autour de ses membres fondateurs se sont formés des réseaux de sympathisants libres de prendre toutes les initiatives au sein du parti. La Révolution tunisienne nous a confortés dans ce choix stratégique.

La réorganisation du parti que nous avons entamée aujourd’hui s’appuie sur des structures autonomes, où les membres sont libres de prendre des initiatives et de s’organiser de manière à appliquer le plus adéquatement possible les principes généraux du parti tout en s’adaptant à leur environnement selon des orientations qui encouragent la créativité et la coopération entre les membres plutôt que l’exacerbation des individualismes.

II. LES OBJECTIFS

Établissement d’un État civil visant à établir un régime républicain, nous considérons que la Tunisie n’a jamais connu de régime républicain. Le régime que la Tunisie a connu est plutôt une dictature sous couvert d’un régime républicain raison pour laquelle nous sommes déterminés à instaurer une véritable République fondée sur la souveraineté du peuple à travers le plein et réel exercice de la liberté d’opinion et d’organisation pour tous, l’organisation d’élections libres et transparentes sous le contrôle d’une justice indépendante garantissant une véritable représentation du peuple et sa pleine participation aux décisions politiques au sein de structures légales présentes à tous les niveaux.

Le CPR considère la falsification des élections comme un crime semblable à celui de la haute trahison. Toute personne rendue coupable de ce genre de pratique sera tenue pour responsable de manipulation de la volonté du peuple.

Ancrage de la citoyenneté

L’établissement d’un climat psychologique et social dépourvu de toute peur de l’humiliation est le premier acquis réalisé par notre honorable révolution. Le CPR fait tout ce qui est en son pouvoir pour préserver cet important acquis et ne permettra, d’aucune manière que ce soit, la tutelle, l’exclusion ou la marginalisation des individus ou des groupes, ou toute forme de dégradation de la dignité humaine et la remise en cause du droit de participer aux décisions politiques. Le plein exercice des droits et des devoirs vise à établir une société démocratique rompant définitivement avec l’ancien régime et la soumission du peuple. En plus de l’exercice des libertés publiques, l’établissement d’un nouveau climat nécessite :

  • La suppression de la police politique
  • La suppression définitive de l’emploi de la torture considérant cette dernière comme un crime à part entière.
  • La mise en place de procédures efficaces de surveillance et d’encadrement des prisons, des geôles de police, des maisons de retraite, des hôpitaux psychiatriques et des associations d’aides humanitaires.
  • Le respect de la vie privée par l’interdiction totale des écoutes téléphoniques en dehors de toute décision de justice ainsi que l’inviolabilité des correspondances en mettant en place un dispositif civil de protection de ces libertés. Ancrage de l’Etat civil à travers l’ancrage de la démocratie dans sa triple dimension (Participation, responsabilisation, alternance)

L’établissement de la démocratie passe nécessairement par l’élaboration d’une nouvelle constitution pour laquelle le CPR mettra tout ce qui est en son pouvoir pour que les principes ci-dessous y figurent de la manière la plus claire et la plus précise possible :

  • Une séparation entre les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires suffisamment étanche pour garantir l’équilibre de ces pouvoirs et leur indépendance et en premier lieu l’indépendance de la justice par la mise en œuvre de réformes profondes du secteur.
  • Le renforcement du sentiment de citoyenneté à travers la prise de conscience de la responsabilité politique, la suprématie de la constitution et la souveraineté du peuple ainsi que l’égalité des droits et des devoirs sans distinction de sexe, d’appartenance régionale ou de niveau intellectuel ou social.
  • La garantie des libertés individuelles et collectives telles qu’elles sont stipulées dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme soulignant le principe de l’égalité entre les citoyens et la préservation et le renforcement des acquis de la femme tunisienne.
  • La création d’un tribunal constitutionnel
  • Le contrôle et la responsabilisation de toute personne investie par un pouvoir quelconque.
  • La garantie de la liberté d’opinion par le biais des médias et des moyens de communication publics sous l’autorité d’un organisme indépendant du pouvoir exécutif soumis à un code déontologique qui fixe ses prérogatives.
  • La mise en place de procédures transparentes et contrôlées dans les lieux de décision chargés des recrutements et des promotions visant à éviter toute forme de cooptation, de favoritisme ou de clientélisme.
  • Le regain du rayonnement culturel de la Tunisie en encourageant les créateurs et en levant toute forme de censure.

Établissement d’une démocratie sociale

  • Financer et encourager les Associations selon des critères juridiques équitables et transparents et les considérer comme la pierre angulaire de l’organisation de la société.
  • Etablir la décentralisation dans l’administration et élargir l’autonomie des municipalités et des assemblées régionales.
  • Sur le plan économique, le CPR a une orientation visant à construire une économie nationale au service de tous, en consacrant l’initiative privée et l’investissement intérieur et étranger tout en protégeant le secteur économique de toutes formes de corruption et veillant à la préservation des intérêts supérieurs du pays.
  • Le CPR œuvrera au renforcement du rôle de l’État en tant que protecteur des intérêts publics pour préserver les droits sociaux et syndicaux des salariés.
  • Le CPR accorde une importance primordiale à la protection de l’environnement afin de garantir aux générations futures un développement social et économique dans un environnement sain.
  • Le CPR consacre le droit à la santé, à l’éducation et à la protection sociale comme une priorité absolue pour laquelle les ressources financières nécessaires doivent être accordées.
  • Le CPR mettra en place toutes les mesures nécessaires pour combattre la corruption et favoriser une distribution équitable des richesses du pays entre les régions et la réduction du fossé entre les classes sociales et l’élaboration d’une politique fiscale juste et transparente.

Relations internationales

Le CPR est attaché à l’identité arabo-musulmane de la Tunisie, enracinée dans sa grande histoire et ouverte sur les valeurs de modernité et d’humanisme de notre époque. Il mettra tout en œuvre pour préserver l’indépendante du pays dans ses décisions et prendra toutes les initiatives nécessaires pour la réalisation de l’Union du Maghreb et l’Union des pays arabes. Il veillera à renforcer les relations de la Tunisie avec son environnement musulman, africain, méditerranéen et mondial afin que la Tunisie puisse jouer un rôle important dans la stabilité et la paix. Il travaillera à ce que la Tunisie contribue à l’enrichissement de la civilisation humaine, à l’équilibre entre les nations, à la défense des droits des peuples à l’autodétermination, avec à leur tête l’héroïque peuple palestinien.

11/02/2011

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.