Les banques de France et de Chine mettent en garde contre le Bitcoin

La France et la Chine s’intéressent au Bitcoin, et en particulier aux dangers de cette monnaie virtuelle décrite comme « hautement spéculative ». Des critiques qui ne laissent pas le cours de la crypto-monnaie indifférent.

D’un côté, la Banque de France, de l’autre, la Banque populaire de Chine : dans les deux cas, les institutions s’accordent sur le fait que le Bitcoin est dangereux pour les porte-monnaie de ses spéculateurs.

Dans un document publié jeudi la Banque de France met en garde contre la volatilité de cette monnaie virtuelle « hautement spéculative », avec un cours capable de crever les plafonds comme de dégringoler aussi sec. « En limitant la quantité maximale de bitcoins pouvant être créée et en faisant fluctuer le rythme de création au cours du temps, les concepteurs ont «organisé » la pénurie de cette monnaie virtuelle et lui ont ainsi conféré son caractère hautement spéculatif » explique l’institution.

Une observation qui n’est pas nouvelle : lors de l’explosion du cours du bitcoin, Philippe Herlin, chercheur en finance, nous expliquait que l’afflux de nouveaux utilisateurs était justement à l’origine de cette hausse.

De façon générale, le constat réalisé par la Banque de France n’est pas nouveau et se content de confirmer des mises en garde déjà exposées. L’organisme rappelle que « le bitcoin ne peut pas être qualifié de monnaie ayant cours légal », dans la mesure où il est possible de refuser un paiement par son biais. Il est également souligné de manière insistante que « la valeur du bitcoin n’est adossée à aucune activité réelle. »

Les banques de France et de Chine mettent en garde contre le Bitcoin
Les banques de France et de Chine mettent en garde contre le Bitcoin

Auteur de l’article : Samy

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.