Boeing 777 disparu: le mystère persiste alors que les recherches ont été étendues à l’Océan Indien
LIENS SPONSORISES
PHOTO DE Boeing 777 disparu: le mystère persiste alors que les recherches ont été étendues à l’Océan Indien
Boeing 777
LIENS SPONSORISES

Les recherches des disparus du vol MH370 de Malaysia Airlines ont été étendues vers l’immense océan Indien vendredi après les nouvelles informations émanant de la Maison Blanche faisant état que l’avion aurait volé pendant des heures après sa disparition des écrans radar, il y a près de sept jours.

Plusieurs médias américains, citant des responsables américains, ont déclaré que le système de communication du Boeing 777 de la Malaysia Airlines a continué de “pinger” pour un nombre d’heures après avoir disparu de l’écran radar avec 239 personnes à bord, en route de Kuala Lumpur vers Pékin.

“C’est ce que nous avons compris sur la base de nouvelles informations qui ne sont nécessairement pas concluantes, mais de nouvelles informations, une zone de recherche supplémentaire peut être ouverte dans l’océan Indien,” a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney aux journalistes à Washington.

Carney n’a pas précisé la nature des nouvelles informations, mais les responsables malaisiens ont depuis confirmé que la recherche du Boeing a été élargie vers l’Océan Indien.

L’extension de la zone de recherche vers l’océan Indien serait compatible avec la théorie que le Boeing 777 a peut-être fait un détour à l’ouest à environ une heure après le décollage de la capitale malaisienne Kuala Lumpur, en route vers Pékin.

La disparition de l’avion de Malaysia Airlines est l’un des mystères les plus déconcertants de l’histoire de l’aviation moderne. Il n’y a pas eu de trace de l’avion, ni aucun signe de l’épave en dépit d’une recherche par les marines et des avions militaires de plus d’une douzaine de pays d’Asie du Sud-Est.

Les Pings révèlent peu

Les “pings” révélés jeudi qui indiquent que les systèmes de dépannage de maintenance sont allumés et prêt à communiquer avec les satellites, montrent que l’avion était au moins capable de communiquer après avoir perdu contact avec les contrôleurs de la circulation aérienne.

Le système transmet ces pings environ une fois par heure, selon les sources, qui ont dit qu’il ont été entendus cinq ou six fois.

Cependant, les pings ne sont pas la preuve que l’avion était dans l’air ou sur le sol, selon les mêmes sources.

Les autorités malaisiennes ont dit que le dernier contact civile a eu lieu alors que le Boeing 777-200ER volait vers le nord dans le golfe de Thaïlande. Ils ont déclaré que les observations des radars militaires ont indiqué qu’il a peut-être tourné brusquement vers l’ouest et franchi la péninsule malaise vers la mer d’Andaman.

La nouvelle information jette peu de lumière sur le mystère de ce qui s’est passé à l’avion, qu’il s’agisse d’une défaillance technique, un détournement ou un autre type d’incident à bord.

Alors que les systèmes de dépannage fonctionnaient, aucun lien de données n’a été ouvert, selon les sources, parce que les entreprises concernées n’avaient pas souscrit à ce niveau de service de l’opérateur de satellites.

Plutôt dans la journée, les fonctionnaires malaisiens ont nié les rapports faisant état que l’avion avait continué à envoyer des données techniques et ont affirmé qu’il n’y avait aucune preuve qu’il a volé pendant des heures après avoir perdu contact avec les contrôleurs de la circulation aérienne samedi dernier.

“C’est incroyable avec toute la technologie dont nous disposons et qu’un avion puisse disparaître de cette façon”, a déclaré Tony Tyler, le président de l’Association internationale du transport aérien qui relie plus de 90 pour cent des compagnies aériennes du monde, aux journalistes à Londres.

La piste des intrus

ABC News a de son coté affirmé, que les enquêteurs américains estiment que le système de rapports de données de l’appareil et son transpondeur – qui relève sa position en vol au radar au sol – ont été arrêté séparément.

Le fait que les dispositifs semblent avoir été coupé à un intervalle de 14 minutes les uns des autres laisse penser qu’ils aient été délibérément arrêtés.

Le transpondeur a été éteint 30 minutes après la dernière communication de l’avion avec la tour de contrôle, au même moment que la Malaisie estime que l’avion pourrait avoir inexplicablement commencé à revenir en arrière, rapporte le Washington Post.

En considérant cela dans son ensemble, “cela laisse penser que quelqu’un non autorisé a pris le contrôle de l’avion, comme un intrus ou un des pilotes,” rapporte The Post citant un expert des accidents d’avions.

L’avion a perdu le contact radar à environ 01h30, moins d’une heure après le décollage, selon des responsables malaisiens.

Ils ont confirmé que les derniers mots entendus dans le cockpit montraient que l’atmosphère était détendue “Très bien, bonne nuit” que l’avion devait passer de la Malaisie au contrôle de la circulation aérienne Vietnamien. La nuit était claire et le temps était beau.

La recherche militaire s’élargit

Les navires et les aéronefs sont font maintenant au peigne fin une vaste zone qui avait déjà été élargie pour couvrir les deux côtés de la péninsule malaise et la mer d’Andaman.

L’US Navy a envoyé un avion P-8A Poseidon de pointe pour aider dans les recherches dans le détroit de Malacca, qui sépare la péninsule malaise de l’île indonésienne de Sumatra. Il avait déjà déployé un avion P-3 Orion de la Marine dans ces eaux.

Le responsable de la défense des États-Unis a déclaré à Reuters que le destroyer lance-missiles de la marine américaine, l’USS Kidd, se dirigeait vers le détroit de Malacca, répondant à une demande du gouvernement malaisien. Le Kidd avait recherché les régions au sud du golfe de Thaïlande, avec le destroyer USS Pinckney.

Le ministère de la Défense de l’Inde a ordonné le déploiement de navires, d’aéronefs et d’hélicoptères des îles Andaman et Nicobar à distance, à la jonction de la baie du Bengale et la mer d’Andaman. Un avion de surveillance P8I Poseidon indien a été envoyé aux îles Andaman jeudi.

La Chine, qui avait plus de 150 ressortissants à bord de l’avion disparu, a déployé quatre navires de guerre, quatre navires des garde-côtes, huit avions et entraîné 10 satellites sur une large zone de recherche.

Les médias chinois ont décrit que le déploiement des navires était la plus grande flotte de secours chinoise jamais réunie.

Des rapports contradictoires

Le sixième jour des recherches, des avions ont survolé une zone de la mer où des images satellites chinois ont montré ce qui pourrait être les débris mais ne trouvèrent aucune trace de l’avion de ligne.

Le ministre des Transports Malaisien, Hishammuddin Hussein, a affirmé lors d’une conférence de presse que les images ont été fournies par hasard, disant que le gouvernement chinois n’est ni autorisé ni approuvé à les mettre sur un site Web. “L’image n’est pas confirmée pour être reliée à l’avion”, a-t-il ajouté.

Il était le dernier d’une série de rapports contradictoires, ajoutant la confusion et l’angoisse aux proches des passagers disparus.

Avec la frustration qui grimpait sur l’impossibilité de trouver une trace de l’avion, la Chine est montée d’un cran dans ses critiques envers la Malaisie pour améliorer la coordination dans les recherches.

Le Premier ministre Li Keqiang, a demandé lors d’une conférence de presse à Pékin, que la “partie concernée” se doit d’intensifier la coordination, tout comme le chef de l’aviation civile chinoise qui a souligné qu’il voulait un flux d’information plus clair en provenance de la Malaisie, qui a fait l’objet de vives critiques pour sa gestion de la catastrophe.

La police malaisienne a de son coté déclaré qu’elle enquêtait si des passagers ou des membres de l’équipage à bord de l’avion avaient des problèmes personnels ou psychologiques qui pourraient faire la lumière sur le mystère, avec la possibilité d’un détournement, de sabotage ou de panne mécanique.

Le Boeing 777 est l’un des meilleurs avions commerciaux en service en terme de sécurité. Son seul accident mortel à cette date est survenu le 6 juillet 2013 lorsque le vol 214 d’Asiana Airlines a heurté une digue avec son train d’atterrissage lors de son atterrissage à San Francisco, faisant trois victimes.

Les recherches du Boeing 777 disparu de Malaysia Airlines se poursuivent.

Les recherches du Boeing 777 disparu de Malaysia Airlines se poursuivent.

Réseaux Sociaux

Tixup.com est, depuis 2007, une référence du web en Tunisie et dans certains pays francophones. Fort de son succès dans le milieu estudiantin, Tixup.com s'est orienté vers une population jeune d'étudiants et chefs d'entreprises avec l'actualité en Tunisie et de part du monde (France, Belgique, Canada, Maroc, Algérie).
Proposant une panoplie de services et ressources, le portail, tunisien à la base, s'est converti en premier lieu pour toucher le grand maghreb et par la suite, il s'est internationalisé avec des visiteurs et des membres de la France, la Belgique, le Canada et d'autres pays.
Finalement, Tixup.com a su s'imposer pour devenir une référence sur le web et est continuellment en évolution pour proposer de nouveaux services et ressources (vidéos, photos, guide de voyage, petites annonces, etc.)