Myanmar : des villages brûlés après une vague de violence religieuse

Au moins cinq personnes ont été tuées et des centaines déplacées dans la dernière vague de violence religieuse au Myanmar.

Les musulmans près de la ville côtière de Thandwe ont déclaré qu’ils étaient cachés dans les forêts lorsque des foules d’hommes bouddhistes armés de machettes ont pris d’assaut une chaîne de villages, des mosquées et toute maison n’est pas identifiée par un drapeau bouddhiste.

Une femme bouddhiste originaire du même village dit qu’elle ne savait pas comment la violence a commencé mais que les tensions entre les groupes ont été élevés ces derniers temps. Mais Ye Ye Myint, 45 ans, dit que le groupe de Wirathu n’avait rien à voir avec ces tensions. ”

L’armée s’était déplacée pour arrêter la violence. Myint Hlaing, qui représente la région au parlement du Myanmar, a déclaré que 100 maisons ont été détruites et qu’une enquête est en cours.

Au cours des 15 derniers mois, il ya eu des affrontements répétés entre la majorité bouddhiste du Myanmar et la minorité musulmane, avec des centaines de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Les Groupes de défense des droits de l’homme et des Nations Unies ont accusé le gouvernement de ne pas agir pour arrêter les attaques et éradiquer une campagne antimusulmane populaire menée par des bouddhistes.

L’inquiétude internationale sur la violence a jeté une ombre sur l’image du président Thein Sein , un ancien général de l’armée qui a été largement félicité pour conduire l’armée de céder le pouvoir après des décennies de régime autoritaire et ensuite établir un gouvernement nominalement civil.

Le sentiment anti-musulman n’est pas une chose nouvelle dans l’histoire du Myanmar. Dans les années 1960, de nombreux musulmans d’origine indienne ont été forcés de quitter le pays.

Les Résidents musulmans se réfugient dans une maison de Thabyu Chai près de Thandwe dans l'ouest du Myanmar.
Les Résidents musulmans se réfugient dans une maison de Thabyu Chai près de Thandwe dans l’ouest du Myanmar.

Auteur de l’article : Samy

Laisser un commentaire