Le code vestimentaire séculaire québécois fait polimique

Le gouvernement du Québec fait face à de vives critiques et d’une fracture interne après avoir dévoilé une charte de la laïcité cette semaine qui interdit aux travailleurs publics de porter des signes religieux ostentatoires.

Un décret par décision du Parti québécois au Québec à interdire les travailleurs du secteur public de la province de porter des signes ostentatoires a attiré les foudres des autres chefs de file canadiens, et a même créé une division interne au sein du groupe.

La «Charte des valeurs québécoises» interdit aux employés de l’État de porter de grandes croix chrétiennes, la kippa juive ou foulard islamique au travail.

Les partisans disent que la mesure va créer un Québec plus inclusif, dans lequel les gens de toutes les religions, ou sans religion, se sentent les bienvenus. Le mouvement, semblable à une loi votée en France en 2004, bénéficie d’un soutien répandu au Québec.

Toutefois, le projet de charte a attiré la condamnation de trois principaux partis fédéralistes du Canada, et ont proclamé qu’ils auraient beaucoup de grandes villes de la province qui vont se retirer et ne pas imposer le code vestimentaire.

La canadienne Maria Mourani et un groupe d’autres séparatistes ont déclaré que le gouvernement du Parti québécois a fait une erreur dans ce qui semble une tentative pour des gains électoraux à court terme.

83fa1246e68e7fc44e3e86ad4a3989ddca3e3e81

 

Auteur de l’article : Samy

Laisser un commentaire