Comment les armes transitent de la Libye vers les rebelles syriens

images

 

Comment la Libye envoie secrètement des armes aux « rebelles » syriens. Les « compagnons d’armes » djihadistes de l’OTAN vus depuis Washington.

« Le trafic d’armes vers la Syrie constitue sans doute un cas où les objectifs des rebelles libyens coïncident avec ceux de Washington » – Foreign Policy

Foreign Policy, la revue fondée par Huntington (la « guerre des civilisations ») (1), a publié ce 10 juillet un article  intitulé « Compagnons d’armes : comment la Libye envoie des armes aux rebelles syriens »(Comrades in Arms : How Libya sends weapons to Syria’s rebels) (2), où les auteurs Jenan Moussa et Harald Doornabus « apportent des preuves supplémentaires d’opérations de transfert d’armes illégales de la Libye vers la Syrie, qui ont eu lieu pendant un an, en violation de l’embargo de l’ONU sur l’entrée ou la sortie d’armes de Libye ».

Mideast_Libya_573212a

La filière libyenne

Foreign Policy révèle qu’un « ancien » commandant rebelle à Benghazi responsable du trafic d’armes entre la Libye et la Syrie,« personnellement organisé deux cargaisons d’armes par voie maritime de Benghazi vers le port d’Alexandrette (Iskenderun) en Turquie cette année. Les armes ont été ensuite transportées par voie terrestre, au su des autorités turques (et donc de l’OTAN), puis livrées aux forces rebelles au nord de la Syrie », ELAC Website révélait dès novembre 2011 qu’il s’agit de Abdelhakim Belhadj, cadre libyen d’al-Qaida et ex de Guantanamo, devenu commandant militaire du pseudo CNT libyen et appointé « gouverneur militaire de Tripoli » fin août 2011 par les généraux français de l’OTAN.

La revue du CFR donne encore d’autres détails sur les filières et la complicité de l’OTAN et des islamistes turcs de l’AKP : « Lorsque nous avons suffisamment (des armes et du matériel), nous louons un bateau ou un avion et envoyons le tout vers la Syrie, via nos contacts en Turquie et plus rarement en Jordanie (…) Les rebelles libyens ont aussi fait parvenir de l’aide à l’opposition syrienne par voie aérienne. 27 vols de ce type ont eu lieu jusqu’ici, dit l’ancien commandant : 23 de la Libye vers la ville de Gaziantep en Turquie, et 4 vers un aéroport en Jordanie. Les avions décollent le plus souvent de Benghazi, mais partent également de Tripoli et de l’aéroport d’al-Abraq dans l’est du pays, près du village d’al-Bayda. Souvent ils s’agit de plus petits avions » dit l’ancien commandant. « L’organisateur de ces vols a dit que le dernier avion transportant des armes libyennes s’est envolé pour Ganziantep vers la fin mai. De là, les armes ont été amenées en territoire rebelle au nord de la Syrie, une région frontalière avec une Turquie amicale aux rebelles. »

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire