Edward Snowden est en zone de transit en Russie, selon Vladimir Poutine

Depuis dimanche, le mystère s’épaissit autour de l’affaire Snowden, jeune Américain à l’origine de spectaculaires révélations sur l’espionnage par l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine de communications téléphoniques et internet aux États-Unis et à l’étranger. Le monde entier se demandait où était passé Edward Snowden, cet informaticien, recherché par les Etats-Unis, se trouve à Moscou, dans la zone de transit de l’aéroport. C’est le président russe qui l’a annoncé ce mardi 25 juin. Vladimir Poutine veut visiblement apparaître comme étranger à toute cette affaire.

Les États-Unis ont mis la Russie en demeure de lui livrer l’ex-consultant de l’agence de renseignement américaine NSA Edward Snowden, arrivé dimanche à Moscou en provenance de Hong Kong et qui restait introuvable ce mardi alors qu’il cherche à obtenir l’asile politique en Équateur. Inculpé d’espionnage, Snowden encourt 30 ans de réclusion dans son pays. Lundi, le secrétaire d’État américain John Kerry a menacé la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations avec Washington, en jugeant « très décevant » le fait que l’ancien consultant de la NSA, ait pu voyager de Hong Kong vers Moscou. « J’appellerai simplement à faire preuve de calme et de raison à un moment où nous n’avons pas besoin d’intensifier la confrontation sur un dossier aussi basique et normal que celui-ci, franchement », a déclaré M. Kerry ce mardi.

Vladimir Poutine a dissipé ce mardi le mystère sur Edward Snowden, l’ex-consultant de la NSA recherché par les États-Unis, en annonçant qu’il se trouvait toujours en zone de transit à l’aéroport de Moscou, et que la Russie n’allait pas l’extrader aux États-Unis. « M. Snowden est effectivement arrivé à Moscou. Pour nous, c’était totalement inattendu », a annoncé le président russe. « Il est arrivé en tant que passager de transit et en tant que tel il n’a pas besoin de visa ni d’autres documents », a poursuivi M. Poutine. Le président russe s’est ensuite empressé de souligner que la Russie n’avait aucun accord d’extradition avec les États-Unis, qui réclament expressément le jeune homme. C’est «un homme libre. Plus vite il choisira sa destination finale, mieux ce sera, et pour nous et pour lui », a déclaré M. Poutine, excluant manifestement toute mesure à l’encontre de M. Snowden, alors que les relations avec Washington se sont nettement tendues autour de cette affaire.

 

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire