Qatar : Accélération du processus de transmission du pouvoir

La succession à Doha continue de s’accélérer et l’émir controversé devrait laisser sous peu la place à son fils, on ignore toujours si c’est pour des raisons politiques ou personnelles.

Quelques indiscrétions parlait déjà d’un départ imminent de l’émir du Qatar qui aurait confié selon quelques sources l’an dernier à l’un de ses amis français : «Je m’en vais dans quatre ans (en 2016), il faut laisser la place aux jeunes.» Sous entendu au prince héritier Tamim, 32 ans. Mais pour des raisons à la fois personnelles et politiques, la succession à Doha s’est vite accélérée. La passation des pouvoirs serait désormais imminente, on parle d’avant le ramadan qui commence le 9 juillet, voire même de la semaine prochaine.
On envisage deux scénarios qui auraient accéléré ce départ, le premier concerne le départ simultané de l’émir et de son cousin et bras droit  Hamad Ben Jassem (HBJ), la seconde supposition concernerait uniquement le départ de HBJ qui serait remplacé par le fils de l’émir, Tamim. On parle d’une véritable mini-révolution au Qatar, tentant ainsi de calmer le jeu après s’être immiscé dans plusieurs conflits internationaux n’hésitant pas à prendre le risque de se lancer à partir de la guerre en Libye dans une diplomatie de combat, n’hésitant pas à livrer 18.000 tonnes d’armes aux rebelles anti-Khadafi puis maintenant aux insurgés islamistes syriens. «Ils sont conscients qu’ils doivent réduire leur niveau d’interventionnisme à l’étranger», observe cet ami de la famille régnante.

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire