L’ex-président péruvien restera en prison

L’ancien président péruvien Alberto Fujimori, actuellement purgeant une peine de 25 ans de prison pour crimes contre l’humanité et corruption, restera sous les verrous après le refus vendredi du président Ollanta Humala de le gracier.
Cette décision met un terme à une intense campagne en vue de sa libération, appuyée par ses sympathisants qui conservent une influence politique considérable au Pérou.

“Après avoir évalué le concept de repentance, spécialement pour délits de corruption et d'(atteintes) aux droits de l’homme, je suis arrivé à la conclusion de ne pas accorder la grâce”, a déclaré le président Humala dans une conférence de presse au palais présidentiel.
Auparavant le ministre de la Justice, Daniel Figallo, avait indiqué que M. Fujimori, 74 ans, “ne souffrait ni d’une maladie en phase terminale, ni d’une maladie grave incurable et ne présentait pas non plus des troubles mentaux graves” justifiant la grâce présidentielle.
En octobre, les quatre enfants de M. Fujimori avaient officiellement demandé au président Humala la libération de leur père – décrit comme un homme âgé atteint d’un cancer – pour des raisons humanitaires.

“M. Fujimori est le prisonnier qui jouit des meilleures conditions de détention de tout le Pérou”, a fait remarquer le président Humala vendredi.
Il aurait ainsi reçu, selon le journal La Republica, 649 visites depuis janvier, dont 174 de parlementaires de son bord.
Le président Humala, qui a toujours été un féroce adversaire de M. Fujimori – alors lieutenant-colonel il s’était soulevé en 2000 contre son régime – a toutefois demandé de ne pas faire du refus de gracier l’ancien chef d’Etat “une affaire politique”.
La réaction des fujimoristes ne s’est pourtant pas fait attendre.
“C’est une décision politique qui n’a pas pris en compte la situation humanitaire”, a insisté la députée Luz Salgado, tandis que l’avocat de l’ex-président Cesar Nakazaki a estimé sur Twitter: “Autant que Humala aille directement donner un coup de poignard à Fujimori”.

Auteur de l’article : Anas.T

Laisser un commentaire