Les violences sexuelles dans l’armée américaine se multiplient

Un rapport publié le mois dernier, basé sur un sondage anonyme effectué au sein du personnel militaire, estime que 26.000 membres de l’armée, hommes et femmes, auraient été victimes d’abus sexuels en 2012. Soit 7000 de plus que l’année précédente. Ce sondage a mis l’administration américaine et le Pentagone dans l’embarras. Pourtant, seulement 3374 de ces agressions ont été rapportées. Un quart de ces victimes a refusé de porter plainte: les soldats craignent d’être marginalisés ou licenciés, de subir des représailles de leurs supérieurs.

Des parlementaires américains, démocrates et républicains étaient emportés contre l’armée américaine et ont dénoncé mardi l’incapacité de cette dernière à lutter contre les agressions sexuelles qui perdurent en son sein. Ces élus réclament que l’on ôte à l’encadrement militaire le soin de punir et poursuivre en justice les accusés d’abus sexuels.

sativex-bientot-en-vente-dans-les-pharmacies

Un projet de loi est actuellement en cours au congrès américain et sera en vigueur très prochainement qui transférerait ce pouvoir de décision à des procureurs militaires indépendants. Les parlementaires étudient aussi la possibilité de fixer une peine minimale pour un membre de l’armée reconnu coupable d’abus sexuel. Il s’agit d’offrir plus de protection aux victimes.

Les officiers contestent la nomination de procureurs militaires indépendants, craignant que cette disposition remette en cause leur autorité sur leurs subordonnés. La hiérarchie militaire américaine a toutefois reconnu mardi que beaucoup d’agressions sexuelles n’étaient pas déclarées, comparant ces délits à un «cancer» qui ravage les forces armées.

Le président Barack Obama, réunissant jeudi le secrétaire à la Défense et les chefs d’États-majors de son armée, a estimé qu’il était urgent de trouver une solution à ce mal qui «menace la sécurité nationale américaine».

Auteur de l’article : Anas.T

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.